La bourse ferme dans 5 h 29 min
  • CAC 40

    6 667,16
    -29,80 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 942,04
    -14,49 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    33 947,10
    -482,78 (-1,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,0505
    +0,0008 (+0,07 %)
     
  • Gold future

    1 785,20
    +3,90 (+0,22 %)
     
  • BTC-EUR

    16 167,32
    -437,68 (-2,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    400,37
    -10,85 (-2,64 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,08
    -0,85 (-1,10 %)
     
  • DAX

    14 385,91
    -61,70 (-0,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 542,07
    -25,47 (-0,34 %)
     
  • Nasdaq

    11 239,94
    -221,56 (-1,93 %)
     
  • S&P 500

    3 998,84
    -72,86 (-1,79 %)
     
  • Nikkei 225

    27 885,87
    +65,47 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    19 441,18
    -77,11 (-0,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,2176
    -0,0018 (-0,15 %)
     

Comment l'affaire Lola s'est transformé en fait politique, malgré l'effroi

STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

EDITO - L'horreur absolue, qui ne devrait susciter que l'effroi et la compassion. Mais il se trouve que dans l'affaire Lola, la fillette est française, et sa tortionnaire immigrée clandestine, avec l'obligation de quitter le territoire. Le fait divers se transforme en fait politique, l'horreur en polémique.

Une petite fille violée, torturée, étranglée, coupée en morceaux… L'horreur absolue, qui ne devrait susciter que l'effroi et la compassion. Mais il se trouve que cette fillette est française et que sa tortionnaire est algérienne, en l'occurrence immigrée clandestine et sous le coup d'une obligation de quitter le territoire. Le fait divers se transforme en fait politique, l'horreur en polémique. Les attaques, comme on pouvait s'y attendre, viennent de la droite. Bruno Retailleau, refusant le "pas d'amalgame", voit dans la petite Lola une "victime du laisser-aller migratoire", qui confirme "le lien évident entre l'hyperviolence et l'immigration de masse". L'extrême droite, comme d'habitude, en rajoute.

Eric Zemmour, omettant la dimension vraisemblablement psychiatrique de ce meurtre atroce, le transforme absurdement en "francocide". Marine Le Pen y voit un nouvel exemple de "ces crimes commis par des immigrés clandestins", qu'elle relie bien évidemment au "laxisme" du gouvernement. La majorité et la Nupes, pour une fois d'accord, s'offusquent de cette "récupération", qui relève de la "démagogie" et de la "petite politique". On voudrait se contenter de mépriser ceux-là, d'approuver ceux-ci, et passer à autre chose. Mais ce serait aller trop vite.

"Ensauvagement" de la société

Qu'est-ce qui transforme un fait divers en fait de société, voire en fait politique? Sa rencontre avec les préoccupations du moment. Or, c'est le cas ici, de deux points de vue différents. Le martyre de cette petite fille rejoint le sentiment largement répandu d'une violence accrue, voire d'un "ensauvagement" de la société. La nationalité de l'unique suspecte semble confirmer l'idée, tout aussi répandue, que les immigrés, légaux ou non, commettraient en proportion plus de crimes et de délits que les nationaux. Ce sentiment et cette idée sont-ils confirmés par les faits? J'en doute pour le premier (les historiens semblent plutôt penser que la violence tend à décroître au fil des siècles), je ne sai[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi