La bourse ferme dans 5 h 44 min
  • CAC 40

    6 649,99
    -51,99 (-0,78 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 166,32
    -28,60 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 764,82
    +506,50 (+1,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1738
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 755,20
    +5,40 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    36 733,83
    -1 133,34 (-2,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 062,42
    -46,50 (-4,19 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,44
    +0,14 (+0,19 %)
     
  • DAX

    15 545,90
    -98,07 (-0,63 %)
     
  • FTSE 100

    7 063,19
    -15,16 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    15 052,24
    +155,40 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    4 448,98
    +53,34 (+1,21 %)
     
  • Nikkei 225

    30 248,81
    +609,41 (+2,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 192,16
    -318,82 (-1,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3710
    -0,0010 (-0,07 %)
     

Laeticia Hallyday : l'obstacle à son hommage à Johnny qu'elle n'avait pas vu venir

·1 min de lecture

Laeticia Hallyday est la protagoniste d'une nouvelle saga judiciaire. Un producteur de Reims lui met des bâtons dans les roues, alors qu'elle organise un concert hommage au Taulier, Que je t'aime, prévu le 14 septembre 2021 à l'AccorHotels Arena de Paris. Dans son numéro du dimanche 25 juillet 2021, le JDD révèle que Backstage Management Agency, l'entreprise rémoise en question, prépare depuis des mois une tournée, Gabrielle Tour, et a déposé les droits de l'hologramme de Johnny Hallyday.

Emmanuel Ludot, avocat de la société de spectacles, a dévoilé à l'hebdomadaire qu'un courrier a été envoyé à DMLS TV, à qui l'organisation de l'événement a été confiée. Cette lettre les informe "que les droits des hologrammes de Johnny avaient été dûment déposés, sous forme de copyright, le 7 mars 2021", d'après le JDD. Selon le magistrat, "l’hologramme est une œuvre soumise au droit de la propriété intellectuelle et au régime juridique des droits d’auteur" et ne pourrait donc pas être imité sans autorisation.

Laeticia Hallyday et ses collaborateurs ont rétorqué que l'image du rockeur ne pouvait pas être "privatisée" de cette façon, mais leurs concurrents persistent et signent. Les premiers font l'objet d'une mise en demeure déposée par les seconds, selon laquelle "tout recours à un hologramme similaire à ceux des deux copyrights déposés auprès de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) pourrait constituer une 'contrefaçon'", écrit le média.

Ce n'est pas tout : une requête a (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles