Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    38 900,02
    +253,91 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,0861
    +0,0012 (+0,11 %)
     
  • HANG SENG

    18 827,35
    +218,41 (+1,17 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 388,95
    +964,38 (+1,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 506,60
    +22,41 (+1,51 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     

L'accord sur l'exportation des céréales ukrainiennes en mer Noire prolongé de deux mois

L'accord sur l'exportation des céréales ukrainiennes par la mer Noire, crucial pour l'approvisionnement alimentaire mondial, a été reconduit pour deux mois. L'entente, conclue en juillet dernier sous légide d'Ankara et des Nations Unies, arrivait a échéance ce jeudi.

"Je veux donner de bonnes nouvelles au monde. Grâce aux efforts de notre pays, au soutien de nos amis russes et à la contribution de nos amis ukrainiens, l'exportation des céréales par la mer Noire a été prolongée de deux mois supplémentaires" s'est félicité le Président turc Recep Tayyip Erdoğan, en pleine campagne présidentielle.

Contrairement aux autres prolongations, ce renouvellement n'est valable que 60 jours. Car, selon Moscou, si les exportations de céréales ukrainiennes ont pu reprendre, les exportations des engrais et des produits alimentaires russes restent quant à eux entravés par les sanctions imposées par les pays occidentaux. La Russie a d'ailleurs plusieurs fois menacé de quitter l'accord.

António Guterres, Secrétaire général de l'ONU, précise que l'accord est crucial : "ces accords sont importants pour la sécurité alimentaire mondiale. Les produits ukrainiens et russes nourrissent le monde. Dans le cadre de l'Initiative de la mer Noire, des millions de tonnes de nourriture ont été exportées, dont 30 000 tonnes de blé qui viennent de quitter l'Ukraine à bord d'un navire affrété par le PAM pour nourrir les personnes affamées au Soudan."

La Russie avait listé cinq exigences pour prolonger l’accord, notamment la reconnexion au système bancaire international Swift, ou encore l’annulation des entraves pour assurer des navires et accéder aux ports étrangers.