La contrefaçon de pièces en euros en vive progression

Les faussaires ne connaissent pas la crise. En 2012, 184.000 fausses pièces en euros ont été saisies, selon la Commission européenne. Un chiffre en forte hausse par rapport à l'année précédente (+17%), et tout proche du niveau atteint en 2010 (186.000).

Les pièces de 2 euros représentent près des deux tiers des contrefaçons : 121.000 ont été saisies entre janvier et décembre. 32.000 fausses pièces de 1 euro et 31.000 de 50 centimes ont été retirées de la circulation.

La tendance est par contre à la baisse pour les billets : 531.000 contrefaçons ont été saisies, soit 12,4% de moins qu'en 2011, avait annoncé la Banque centrale européenne en janvier. Les billets de 20 et 50 euros sont restés, de loin, les plus copiés : ils concentrent, à eux deux, plus de 80% des saisies.

Le nombre de ces contrefaçons reste infime comparé aux 16,5 milliards de pièces et aux 14,9 milliards de billets authentiques en euros actuellement en circulation. Mais cette activité criminelle représente tout de même un préjudice financier important, évalué à plus de 500 millions d'euros depuis l'introduction de la monnaie unique en 2002.

Pour lutter contre le phénomène, la Commission européenne vient de proposer une directive, visant notamment à durcir les sanctions pénales contre les faux monnayeurs. Actuellement, les sanctions diffèrent en effet sensiblement selon les pays membres. D'après Reuters, les personnes accusées de contrefaçon en Lituanie ou en Irlande peuvent ainsi s'en tirer avec une simple amende…

Retrouvez cet article sur capital.fr