La Bourse de Paris a progressé sans conviction

Le CAC 40 a terminé en hausse de 0,39% ce mardi, à 3.580,48 points, dans un marché partagé entre le soulagement suite à l’aide accordée au secteur bancaire espagnol et la remontée en puissance des craintes sur la crise budgétaire aux Etats-Unis

Le CAC 40 a terminé en hausse de 0,39% ce mardi, à 3.580,48 points, dans un marché partagé entre le soulagement suite à l’aide accordée au secteur bancaire espagnol et la remontée en puissance des craintes sur la crise budgétaire aux Etats-Unis. Signe du manque de conviction des opérateurs, les volumes de transactions sont restés limités à 2 milliards d’euros.

Les marchés ont tout d’abord bien réagi à la demande d’aide officielle de l’Espagne pour recapitaliser ses banques. 39,5 milliards d'euros seront versés dès la semaine prochaine, selon le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker.

En revanche, les incertitudes autour de la gestion de la « falaise budgétaire » aux Etats-Unis ont rejailli aujourd’hui. Barack Obama a notamment rejeté les propositions du camp républicain. Ces derniers prônent avant tout une réduction drastique des dépenses tandis que le président américain souhaite des augmentations d’impôts significatives pour les plus riches.

Au chapitre des entreprises, Alcatel-Lucent a gagné 2,56%, en tête du CAC 40, à la suite de nouvelles rumeurs d’un refinancement à hauteur d’1 milliard d’euros auprès de Goldman Sachs et Crédit Suisse.

Les banques françaises ont aussi bien progressé, grâce à l’accord sur l’Espagne, à l’image de Société générale (+2,04%), Crédit agricole (+2,03%) ou BNP Paribas (+1,32%).

De son côté, ArcelorMittal a engrangé 1,44%, après des rumeurs sur le rachat de 15% de ArcelorMittal Mines Canada par le sidérurgiste sud-coréen Posco, pour un montant estimé à 1 milliard de dollars (environ 765 millions d’euros).

A l’opposé, EDF a accusé la plus forte baisse du CAC 40 (-2,27%). L’électricien français a annoncé ...

... Lire la suite sur capital.fr