La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    39 146,30
    -1 818,79 (-4,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

L214 dévoile le sort des cochons d’un élevage Herta

·2 min de lecture

L’association L214 diffuse ce soir une vidéo réalisée dans un élevage porcin de la « Filière Préférence » d’Herta. Attention, images choquantes.

Dans les publicités diffusées depuis notre enfance, les images bucoliques d’Herta rassurent. D’autant que la marque favorite des Français a développé, depuis 2013, la Filière Préférence. Il s’agit d’un engagement réciproque entre 200 éleveurs, les abattoirs et Herta qui s’articule autour d’un « guide de bonnes pratiques ». Objectifs : réduire l’impacte environnemental et améliorer les conditions d’élevage. Problème : l’association L214 dévoile ce soir l’envers des tranches de jambon qui portent ce label. Cinq longues minutes de vidéo qui concentrent toute l’horreur de l’élevage intensif en France.

Vidéo (attention des images peuvent heurter les plus sensibles)

Les scènes se déroulent dans une importante exploitation située dans le nord de l’Allier. Elles ont été tournées en juin et septembre 2020. Comme 95% des élevages porcins français, les cochons sont ici élevés en bâtiment, sur caillebotis. On découvre d’abord la « salle de maternité ». Plastique, métal, béton, lumière artificielle. Pas un brin de paille à l’horizon. Les truies sont bloquées dans de minuscules cages de fer, mettant au monde des porcelets à la chaîne. L’espace est trop exigu pour qu’elles puissent se tourner vers leurs petits, elles les écrasent si elles ont le malheur de vouloir se coucher. Les nouveaux-nés les plus chétifs sont « assommés », c’est-à-dire claquer contre une barrière par un employé agricole. Les survivants, eux, font leurs premiers pas en se coinçant les pattes dans les fentes du sol ajouré. Faute de soins, les animaux meurent par dizaines. Image de souffrance encore quand une truie, qui tente de s’échapper, agonise sur le sol, l’arrière-train entravé par les barreaux de sa cage. On passe ensuite aux box d’engraissements où les(...)


Lire la suite sur Paris Match