La bourse ferme dans 5 h 32 min
  • CAC 40

    5 672,51
    -81,31 (-1,41 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 273,10
    -55,55 (-1,67 %)
     
  • Dow Jones

    29 134,99
    -125,82 (-0,43 %)
     
  • EUR/USD

    0,9549
    -0,0049 (-0,51 %)
     
  • Gold future

    1 625,50
    -10,70 (-0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    19 527,12
    -1 742,33 (-8,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    426,47
    -32,66 (-7,11 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,30
    -0,20 (-0,25 %)
     
  • DAX

    11 906,84
    -232,84 (-1,92 %)
     
  • FTSE 100

    6 863,36
    -121,23 (-1,74 %)
     
  • Nasdaq

    10 829,50
    +26,58 (+0,25 %)
     
  • S&P 500

    3 647,29
    -7,75 (-0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    26 173,98
    -397,89 (-1,50 %)
     
  • HANG SENG

    17 250,88
    -609,43 (-3,41 %)
     
  • GBP/USD

    1,0683
    -0,0048 (-0,44 %)
     

L’Ukraine se dote d’un robot kamikaze équipé d’une mine antichar

Pour se défendre contre l’invasion russe, les Ukrainiens ont su détourner avec brio certaines technologies grand public, comme des drones qui sont utilisés pour larguer des grenades sur les blindés ennemis. Mais le pays a désormais une nouvelle arme contre les chars, sous la forme d’un petit robot terrestre.

Baptisé Gnom Kamikaze, l’appareil est fabriqué par l’entreprise ukrainienne Temerland, basée à Zaporijjia, dans l’ouest du pays. Il s’agit d’un petit véhicule avec une faible garde au sol qui transporte une mine antichar. Un TM-62 russe, pour être précis. Cette mine a déjà été beaucoup utilisée en Ukraine, mais désormais ce sera en tant qu’arme offensive. Avec une hauteur de seulement 165 millimètres, le robot est suffisamment petit pour se glisser sous les véhicules ennemis avant d’exploser, mais peut également augmenter sa garde au sol pour passer au-dessus de petits obstacles. Il est peint en gris pour se fondre dans le décor, étant conçu pour un usage avant tout urbain.

Simulation du robot qui se glisse sous un véhicule pour le faire exploser. © Temerland

Drone et Gnom Kamikaze, le duo mortel

Le Gnom Kamikaze est basé sur la plateforme robotique Gnom du fabricant. Temerland a déjà utilisé Gnom pour créer un robot démineur, ainsi qu’un robot équipé d’une mitrailleuse de tank ou d’un lanceur de missiles antichar. La mine contient 7,5 kilos d’explosifs et peut être déclenchée par la simple présence d’un objet métallique au-dessus. Si besoin, un opérateur peut également faire exploser le robot.

L’appareil peut transmettre un signal vidéo sur 800 mètres, et rouler pendant une heure. Eduard Trotsenko, le P.-D.G. de Temerland, a indiqué que le robot sera certainement utilisé en conjonction avec un drone. Ce dernier effectuera une reconnaissance aérienne afin de guider le Gnom Kamikaze vers un véhicule. Il servira également de distraction, les drones étant souvent utilisés pour larguer des charges explosives, permettant ainsi au robot de s’approcher en toute discrétion.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura