La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 710,29
    -35,11 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    14 005,63
    +155,63 (+1,12 %)
     
  • Nikkei 225

    29 751,61
    +212,88 (+0,72 %)
     
  • EUR/USD

    1,1950
    +0,0033 (+0,27 %)
     
  • HANG SENG

    28 497,25
    +43,97 (+0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    52 664,27
    +2 109,43 (+4,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 347,45
    +53,46 (+4,13 %)
     
  • S&P 500

    4 146,08
    +18,09 (+0,44 %)
     

L’UE veut gagner la bataille de la voiture électrique, nombreux emplois à la clé

·1 min de lecture

La voiture électrique constitue une filière stratégique, à haut potentiel, aux yeux de l'Union européenne. Même si la concurrence mondiale est rude, les dirigeants européens affichent leurs hautes ambitions. "Quand nous avons lancé cette alliance il y a trois ans avec (le ministre allemand) Peter Altmaier, on nous a dit: +Ca ne sert à rien, c'est trop tard, la bataille est déjà perdue+. Mais les seules batailles que l'on perd ce sont les batailles qu'on ne livre pas", a affirmé le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire lors d'une conférence de presse à Bruxelles, à l'issue de la 5e réunion de l'Alliance européenne des batteries.

Projet industriel phare de l'Union européenne, il réunit 14 Etats membres et 42 entreprises, dont les constructeurs BMW, Fiat et Tesla, le chimiste français Arkema ou encore le spécialiste suédois des piles Northvolt. La Commission va y investir 2,9 milliards d'euros, qui devrait permettre de débloquer trois fois plus d'investissements privés. L'objectif de cette coopération inédite dans le domaine industriel : rattraper le retard par rapport à la Chine qui domine de manière écrasante le marché de la batterie. L'UE, dont la part ne dépasse pas 3%, vise 25% du marché à la fin de la décennie.

>> Diaporama - 10 nouveautés électriques à découvrir en 2021

A moyen terme, l'objectif est que les usines de Nersac en France ou d'Ellwangen en Allemagne soient en mesure d'alimenter 7 millions de véhicules électriques d'ici quatre ans. Si l'Alliance pour les (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Tesla discute avec Tata sur la recharge de voiture électrique en Inde
MBK : dans les coulisses du constructeur du mythique deux-roues "la Bleue"
Renault se retire du capital de Daimler
Renault cherche un repreneur pour la Fonderie de Bretagne qui emploie plus de 300 salariés
Faurecia choisit le logiciel de Palantir, le controversé Big Brother de l’analyse de données