La bourse ferme dans 36 min
  • CAC 40

    5 810,16
    +0,43 (+0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 699,45
    -8,27 (-0,22 %)
     
  • Dow Jones

    31 438,29
    +46,77 (+0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,2069
    -0,0019 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 699,90
    -33,70 (-1,94 %)
     
  • BTC-EUR

    41 979,29
    +959,48 (+2,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 013,45
    +25,36 (+2,57 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,22
    +1,47 (+2,46 %)
     
  • DAX

    14 026,77
    -13,03 (-0,09 %)
     
  • FTSE 100

    6 647,44
    +33,69 (+0,51 %)
     
  • Nasdaq

    13 196,17
    -162,62 (-1,22 %)
     
  • S&P 500

    3 850,17
    -20,12 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3947
    -0,0009 (-0,07 %)
     

L’ombre d’Apple sur le secteur automobile

·2 min de lecture

«Nous n’avons pas été contactés», sourit Luca de Meo, le directeur général de Renault ce 19 février à la question d’un analyste financier lors de la présentation de ses comptes 2020 sur d’éventuels échanges avec Apple sur une coopération industrielle. «Vous savez, nous sommes très liés à Google pour notre interface homme-machine et pour l’infotainment. Mais nous sommes ouverts à toutes les opportunités.» À défaut d’attirer les regards, elle fait d’ores est déjà tourner la tête de bien des acteurs de l’industrie automobile : l’Apple Car, cette arlesienne de l’automobile qui prendrait la forme d’un modèle électrique, dotées d’une batterie aux capacités révolutionnaires, mais aussi parée pour la conduite autonome. L’ombre de la firme de Cupertino plane de nouveau sur l’automobile mondiale. Chamboulée par une crise violente, chahutée par le phénomène Tesla qui marque son emprise sur le haut-de-gamme électrique, l’industrie se perd en conjectures sur l’arrivée – ou l’intérêt – d’Apple pour le secteur automobile. L’hypothèse d’une arrivée d’Apple dans le secteur automobile n’est pourtant pas nouvelle : ses ambitions sont évoqués depuis 2014. Avant que le groupe dirigé par Tim Cook ne mette officiellement en 2016 un terme à son projet «Titan» de véhicule électrique. Or, pour beaucoup, ce retrait n’a été que factice, Apple continuant à travailler en secret sur son offre avec un horizon évoqué désormais pour… 2024. Rumeurs et démentis Depuis quelques semaines, les rumeurs sont reparties de plus belle. En fin d’année dernière, le sud-coréen Hyundai-Kia, qui pointe au 5ème rang mondial des constructeurs (6,4 millions de véhicules produits l’an dernier), a évoqué des discussions avec Apple. Avant de concéder début février que les échanges n’avaient pas abouti. Conséquence : plus de 15% de baisse pour Cliquez ici pour lire la suite