La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 834,57
    -145,29 (-0,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

L’Occident devra payer le prix de la reconstruction en Ukraine

Genya SAVILOV / AFP

La guerre n’est pas terminée. Alors que la Russie a déclenché une vaste offensive en bombardant plusieurs grandes villes en Ukraine ce mercredi 23 novembre, dont Kiev, cette dernière et ses alliés préparent déjà un plan pour relever le pays. Des milliards qui devront montrer leur détermination face une Russie qui réarmera.

L'Ukraine de nouveau sous le feu des bombes russes. Le pays a été touché par de multiples bombardement sur tout l'ensemble du territoire, après qu'il a été placé sous alerte aérienne à la mi-journée ce mercredi. Trois morts et six blessés sont à déplorer sur Kiev, selon les autorités ukrainiennes. Mais, l'après-guerre est déjà rêvé par l'Ukraine et ses alliés.

Imaginons une Ukraine victorieuse en 2030: une démocratie se préparant à rejoindre l’Union européenne, avec une économie en forte croissance, assez saine et diversifiée pour ne plus être gangrenée par la corruption et les oligarques, et protégée par une défense solide. Aujourd’hui, même si l’armée russe s’est retirée de Kherson, la fin des hostilités paraît lointaine. Mais les Ukrainiens et leurs soutiens réfléchissent en amont à la façon de rebâtir le pays après la guerre et de garantir sa sécurité.

En octobre, lors d’une réunion à Berlin, les bailleurs de fonds occidentaux ont tenté d’élaborer un plan de reconstruction. D’abord, il s’agirait de maintenir et réparer les infrastructures vitales, alors que les combats se poursuivent, ce qui pourrait durer trois ans et coûter quelques dizaines de milliards de dollars. Ensuite, les deux années suivantes, il faudrait s’attaquer à une reconstruction d’urgence, ce qui représenterait 100 milliards de plus.

Un plan Marshall pour rejoindre l'Union européenne ou un "Accord de Kiev", plus contraignant

Enfin, il faudrait lancer un plan Marshall, probablement plus coûteux, afin de mettre l’Ukraine à niveau pour rejoindre l’Union européenne. Pour être viable, ce plan nécessite que le pays garde l’accès à la mer Noire et, au-delà, qu’il soit à l’abri face à une Russie qui, même si elle est défaite, se réarmera rapidement. La meilleure garantie serait l’adhésion à l’Otan, mais Washington et ses alliés ne souhaitent pas aller au-devant d’un conflit direct avec Moscou.

Une alternative plus plausible, proposée en septembre par un officiel ukrainien et un ancien secrétaire gé[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi