La bourse ferme dans 6 h 49 min

L’iPhone 11 Pro collecte des données de géolocalisation ? Apple se défend

Fabrice Auclert, Journaliste
1 / 2

L’iPhone 11 Pro collecte des données de géolocalisation ? Apple se défend

Le chercheur en sécurité Brian Krebs a découvert une curiosité avec le nouvel iPhone 11 : il est impossible de désactiver complètement le GPS. Bien qu'il ait désactivé la localisation pour toutes les applications et services système sur le smartphone, le chercheur a vu l’icône s’afficher en haut de l’écran. Apple s’était contenté de répondre que certains services intégrés à iOS ont besoin du GPS, sans préciser lesquels.

Face au tollé créé par cette découverte, et après des premières explications évasives, la marque a depuis donné plus de détails, confirmant les soupçons de certains internautes qui ciblait la nouvelle puce U1. L’utilisation de la géolocalisation est en effet liée à la technologie UWB (Ultra Wideband) intégrée dans le nouvel iPhone. Il s’agit d’un système de communication à faible portée, qui permet de transférer des données entre deux appareils compatibles, et surtout permet à différents appareils de se localiser à quelques centimètres près.

L’UWB automatiquement désactivé dans certains pays

Apple prévoit d’utiliser l’iPhone pour localiser précisément d’autres appareils perdus à proximité, comme l’Apple Tag qui pourra être accroché à ses clefs ou son portefeuille. Le problème est que cette technologie n’est pas encore autorisée partout dans le monde, même si la liste de pays qui l’interdisent est peu fournie, et comprend l’Argentine, l’Indonésie et le Paraguay.

Dans une réponse adressée au chercheur, la firme a notamment indiqué que « iOS utilise les services de localisation pour déterminer si l’iPhone est dans un de ces emplacements prohibés afin de désactiver l’Ultra Wideband et se conformer à la réglementation ». Apple indique de plus que les données sont traitées uniquement sur l’appareil, et prévoit une option dans une prochaine mise à jour d’iOS pour désactiver l’UWB.


> Lire la suite sur Futura