Marchés français ouverture 7 h 4 min
  • Dow Jones

    35 457,31
    +198,70 (+0,56 %)
     
  • Nasdaq

    15 129,09
    +107,28 (+0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    29 215,52
    +190,06 (+0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,1635
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    25 787,21
    +377,46 (+1,49 %)
     
  • BTC-EUR

    55 240,05
    +1 592,66 (+2,97 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 481,22
    +17,87 (+1,22 %)
     
  • S&P 500

    4 519,63
    +33,17 (+0,74 %)
     

De l’intelligence artificielle à l’intelligence collective

·1 min de lecture

Pour les 20 ans de Futura, Gilles Babinet, Entrepreneur et Co-Président du Conseil national du numérique, s'associe à la rédaction pour vous proposer tout au long de cette journée particulière, des sujets qui agitent la communauté numérique. Les articles que vous découvrirez aujourd'hui ont pour ambition de faire un pas de côté, de susciter des interrogations différentes et de proposer une rencontre entre science et société sur des sujets inéluctables autour du numérique.

Comme l’écrivait le philosophe et médecin Georges Canguilhem en 1980, dans un article intitulé Le cerveau et la pensée : « Une chose est le calcul ou le traitement des données selon des instructions, autre chose que l’invention d’un théorème. Calculer la trajectoire d’une fusée spatiale relève de l’ordinateur. Formuler la loi de l’attraction universelle est une performance qui n’en relève pas. Pas d’invention sans conscience d’un vide logique, sans tension vers un possible, sans risque de se tromper. »

Du programme à l’invention : calculer n’est pas penser

L’invention, rappelle alors Canguilhem, correspond à une « situation de pensée où l’on vise ce que l’on ne voit pas », et qui, par définition, ne peut donc pas être programmée. « Inventer, soutient-il encore, c’est créer de l’information, perturber des habitudes de pensée, l’état stationnaire d’un savoir » : cela ne revient donc pas à exécuter un ensemble de règles prédéterminées ou à mettre en relation des données, mais à engendrer de la nouveauté par rapport à ce qui est déjà là, de manière imprévisible pour l’inventeur lui-même, qui est souvent le premier à être surpris par sa découverte ou par sa théorie.

Le pouvoir du numérique sur l'individu. © Geralt, Pixabay, DP
Le pouvoir du numérique sur l'individu. © Geralt, Pixabay, DP

Nombreux seront ceux qui soutiendront que depuis les années 1980, les « machines » se sont transformées, qu’elles ne fonctionnent plus sous la contrainte de programmes déterminés, qu’elles sont capables d’« apprendre » en fonction des données collectées, que nous avons aujourd’hui...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles