Marchés français ouverture 3 h 41 min
  • Dow Jones

    29 926,94
    -346,93 (-1,15 %)
     
  • Nasdaq

    11 073,31
    -75,33 (-0,68 %)
     
  • Nikkei 225

    27 149,76
    -161,54 (-0,59 %)
     
  • EUR/USD

    0,9811
    +0,0015 (+0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 823,66
    -188,49 (-1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    20 411,11
    -463,60 (-2,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    455,52
    -7,60 (-1,64 %)
     
  • S&P 500

    3 744,52
    -38,76 (-1,02 %)
     

L’Institut Curie veut prendre en charge tous les cancers féminins

Anne-Marie Rocco

L’établissement, héritier des travaux de Marie Curie, veut décloisonner la recherche et les traitements contre la maladie. Au-delà du cancer du sein, ce sont aussi les cancers gynécologiques qui sont visés.

Premier centre européen de prise en charge du cancer du sein, veut élargir son approche des cancers féminins, qui représentent plus de 76 000 nouveaux cas chaque année en France. Un enjeu de santé considérable. La prestigieuse institution, héritière des découvertes de Marie Curie, double prix Nobel de physique (1903) et de chimie (1911), s’engage dans un nouveau projet : créer une structure entièrement dédiée à l’ensemble des cancers féminins, incluant les cancers gynécologiques. Une démarche à laquelle seront associés des partenaires parmi lesquels des associations de patients, des entreprises et Paris Sciences et Lettres (PSL), le pôle universitaire qui regroupe l’Ecole normale supérieure, les Mines, Paris-Dauphine ou encore les Beaux-Arts. "Nous voulons instaurer une véritable pluridisciplinarité", résume le Dr Anne Vincent-Salomon, cheffe du pôle de médecine diagnostique et théranostique de l’Institut, qui pilotera la nouvelle entité.

Créer un modèle vertueux

A la veille du lancement de la campagne 2022 d’, qui chaque année sensibilise et mobilise le public sur le cancer du sein, l’Institut Curie a dévoilé le 22 septembre ce projet qui s’inscrit dans le volet santé du . Annoncé l’an dernier par le gouvernement de Jean Castex, il prévoit 30 milliards d’investissements pour faire émerger des champions technologiques, dont 3 milliards pour faire avancer l’innovation dans la santé.

Dans ce secteur, les lauréats doivent être désignés à l’issue d’un appel à projets qui vise la création de nouveaux Instituts hospitaliers universitaires (IHU) et se clôture le 7 novembre. Auditions et résultats devraient ensuite être connus d’ici Noël. A la clé, un financement potentiel de 50 millions d’euros en 10 ans, probablement insuffisant pour le programme de l’Institut Curie. "Mais nous souhaitons créer un modèle vertueux pour l’autofinancer au fil du temps", souligne le Dr Anne Vincent-Salomon.

Au-delà de l’enjeu stratégique pour l’Institut, il s’agit aussi de créer des passer[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi