La bourse ferme dans 6 h 25 min
  • CAC 40

    4 880,34
    -29,30 (-0,60 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 148,24
    -50,62 (-1,58 %)
     
  • Dow Jones

    28 335,57
    -28,13 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1812
    -0,0056 (-0,47 %)
     
  • Gold future

    1 903,70
    -1,50 (-0,08 %)
     
  • BTC-EUR

    11 087,09
    +49,63 (+0,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    263,00
    +1,54 (+0,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    38,84
    -1,01 (-2,53 %)
     
  • DAX

    12 365,38
    -280,37 (-2,22 %)
     
  • FTSE 100

    5 847,08
    -13,20 (-0,23 %)
     
  • Nasdaq

    11 548,28
    +42,28 (+0,37 %)
     
  • S&P 500

    3 465,39
    +11,90 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    23 494,34
    -22,25 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    24 918,78
    +132,68 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,3049
    +0,0011 (+0,08 %)
     

L’industrie pétrochimique veut pousser le Kenya à revoir sa politique anti-plastique

Jacques Deveaux
·1 min de lecture

Le Kenya pourrait-il inverser sa politique de limitation des plastiques afin de se refaire une santé économique ? Certains défenseurs de l'environnement à Nairobi s'en inquiètent.

Tout repose sur une opération massive de lobbying de la part des grands groupes pétrochimiques mondiaux regroupés au sein de l'American Chemistry Council. On y retrouve Exxon, Chevron, Shell, Dow Chemical. Il y a, selon le porte-parole de l'organisation, "un besoin mondial de soutenir le développement des infrastructures pour collecter, trier, recycler et traiter les plastiques usagés, en particulier dans les pays en développement comme le Kenya".

L'American Chemistry Council va même plus loin. Il prédit un avenir radieux au pays, grâce à sa position géographique et ses bonnes infrastructures."Nous prévoyons que le Kenya pourrait servir à l'avenir de plaque tournante pour la fourniture de produits chimiques et plastiques fabriqués aux Etats-Unis à d'autres marchés en Afrique", a écrit Ed Brzytwa, directeur du commerce international de l'American Chemistry Council, rapporte le New York Times.

Un tel intérêt n'est pas le fruit du hasard. Les Etats-Unis et le Kenya rediscutent l'accord commercial qui les lie et qui s'achève en 2025. Or, le président kényan, Uhuru Kenyatta, a clairement indiqué qu'il était impatient de conclure un accord. L'épidémie du coronavirus a mis à mal (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi