La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 727,52
    +42,31 (+0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 182,91
    +33,85 (+0,82 %)
     
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 768,10
    -29,80 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    52 904,38
    +2 904,67 (+5,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,66
    +1,35 (+1,66 %)
     
  • DAX

    15 587,36
    +124,64 (+0,81 %)
     
  • FTSE 100

    7 234,03
    +26,32 (+0,37 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • GBP/USD

    1,3751
    +0,0074 (+0,54 %)
     

L’industrie mondiale du ciment et du béton présente sa feuille de route vers la neutralité carbone d’ici 2050

·13 min de lecture
L’industrie mondiale du ciment et du béton présente sa feuille de route vers la neutralité carbone d’ici 2050

- Cette stratégie révolutionnaire prévoit une étape intermédiaire de réduction des émissions de CO2 d’un quart d'ici 2030

  • Les principaux producteurs mondiaux de ciment (soit 80% du total de la production, Chine exclue) se réunissent pour déclarer leur engagement en faveur d’un béton «net zéro» d’ici 2050 et conviennent d’un objectif intermédiaire ambitieux visant à empêcher l’émission de 5 milliards de tonnes de CO2 d’ici 2030

  • Cet engagement représente une accélération remarquable de la décarbonation des produits du secteur

  • Il s’agit d’une étape capitale dans l’élimination de l’empreinte de CO2 du béton, le matériau artificiel le plus utilisé au monde

  • Le secteur appelle les décideurs politiques, les gouvernements et les organisations multilatérales à coopérer via des réformes des marchés publics, des mécanismes appropriés de tarification du carbone, une législation soutenant l’économie circulaire et le développement de nouvelles technologies

LONDRES, October 12, 2021--(BUSINESS WIRE)--Quarante des plus grands producteurs mondiaux de ciment et de béton annoncent aujourd’hui s’associer en vue d’accélérer la transition vers un béton plus vert en s’engageant à réduire encore les émissions de CO2 de 25% d’ici 2030, franchissant ainsi une étape décisive dans la course au béton «net zéro» d’ici 2050.

Ce communiqué de presse contient des éléments multimédias. Voir le communiqué complet ici : https://www.businesswire.com/news/home/20211012005989/fr/

À ce jour, cette initiative des membres de la Global Cement and Concrete Association (GCCA, association mondiale des producteurs de ciment et de béton) représente le plus important engagement mondial d’un secteur industriel – rassemblant des entreprises américaines, africaines, asiatiques (y compris le Chine et l’Inde) et européennes – en faveur d’une décarbonation complète. Elle découle de l’annonce faite en septembre dans le cadre de la Semaine du climat à New York selon laquelle la GCCA est devenue le premier accélérateur mondial de l’industrie «lourde» dans la course planétaire des Nations Unies vers le «net zéro». Les membres de la GCCA, qui représentent 80% de la production totale de l’industrie mondiale du ciment (Chine exclue), comptent également plusieurs grands cimentiers chinois.

La GCCA a publié une feuille de route détaillée qui définit la voie que le secteur va suivre pour se décarboner complètement d’ici 2050, une cible alignée sur l’Accord de Paris visant à limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Par rapport à un scénario de statu quo, les mesures prévues par la feuille de route, à mettre en œuvre d’ici 2030, empêcheront près de 5 milliards de tonnes de carbone1 d’entrer dans l’atmosphère, soit l’équivalent des émissions de CO2 produites par environ 15 milliards de vols passagers Paris-New York2.

Le béton est le matériau artificiel le plus utilisé dans le monde; le secteur en produit annuellement 14 milliards de mètres cubes3 pour toutes sortes d’utilisations: routes, ponts, tunnels, habitations, centrales hydroélectriques et dispositifs anti-inondations. Le béton est un élément essentiel de la construction, aucun autre matériau n’égalant sa résilience, sa solidité et sa vaste disponibilité. La production de ciment, l’ingrédient clé du béton, est responsable d’environ 7% des émissions mondiales de CO2. Le nouvel engagement de la GCCA pour 2030 représente une accélération considérable du rythme de la décarbonation du secteur.

La feuille de route vers cet objectif consiste en un plan en sept points basés sur des actions ambitieuses mais réalisables visant à réduire le volume de clinker à forte intensité de CO2 dans le ciment, diminuer significativement l’utilisation de combustibles fossiles dans la fabrication, accélérer l’innovation dans les produits, améliorer l’efficacité des processus et encourager les technologies de rupture, notamment le captage du carbone.

La GCCA a non seulement défini un programme ambitieux pour ses membres, mais elle appelle également les gouvernements, les concepteurs et les entrepreneurs à jouer pleinement leur rôle en combinant les bonnes politiques publiques et les bons investissements pour soutenir la transition du secteur à l’échelle mondiale. Ce programme implique notamment un développement accru des technologies critiques telles que le captage et le stockage du carbone, ainsi que des réformes de la politique de passation des marchés de travaux publics de manière à encourager l’utilisation de produits en ciment et en béton à faible teneur en carbone. Les réformes des politiques publiques et la promotion de produits à faible émission de carbone peuvent faire une grande différence, car les infrastructures publiques représentent près de 60% de l’ensemble de la demande mondiale de ciment et de béton.

Thomas Guillot, directeur général de la GCCA a déclaré: «Le socle de la transition vers les énergies renouvelables, des infrastructures résilientes et des nouvelles habitations dans le monde, c’est le béton, le matériau de construction le plus utilisé au monde.»

Il a jouté: «Les pays qui développent leurs infrastructures et leurs logements seront les plus gros utilisateurs de béton dans les décennies à venir; la coopération mondiale en matière de décarbonation du béton est donc une nécessité. Je suis fier de l’engagement pris aujourd’hui par nos membres en faveur de mesures décisives et de l’accélération de la décarbonation de notre secteur d’ici 2030, une étape importante vers l’objectif final du béton net zéro. J’ai la vision d’un monde, dans un avenir pas très lointain, où les fondations d’une économie mondiale durable et zéro carbone seront littéralement construites avec du béton vert.»

«Nous avons besoin, dès maintenant, que les gouvernements du monde entier travaillent avec nous et utilisent leur énorme pouvoir d’achat pour plaider en faveur d’un béton à faible teneur en carbone et qui réponde à leurs besoins en infrastructures et en logements. Nous avons besoin de leur soutien pour changer les réglementations qui limitent l’utilisation de matériaux recyclés et entravent la transition vers une économie circulaire et bas carbone», a déclaré M. Guillot.

Les entreprises membres de la GCCA opèrent dans presque tous les pays du monde dans un marché mondial du ciment et du béton d’une valeur annuelle de 440 milliards de dollars4. Elles soutiennent le secteur plus vaste de la construction, qui représente 13% du PIB mondial5. L’Association compte parmi ses membres des entreprises telles que CEMEX, CNBM, CRH, HeidelbergCement, Holcim et Votorantim. Le secteur, qui avait annoncé dès l’an dernier son ambition de se décarboner totalement d’ici 2050, détaille aujourd'hui sa feuille de route pour atteindre cet objectif.

António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies, a déclaré: «J’invite toutes les entreprises cimentières à se joindre à cette initiative vitale. Le coût de la transition ne doit pas être supporté par les premiers initiateurs. J’appelle les gouvernements et les acteurs concernés à combiner les financements et les marchés publics et privés de manière à créer des marchés robustes pour une production industrielle visant le net zéro, et à développer des feuilles de route sectorielles nationales orientées vers des émissions zéro carbone. Les trois quarts des infrastructures qui existeront en 2050 ne sont pas encore construites. Faute de prendre des mesures crédibles maintenant, les générations futures n’auront pas de planète vivable sur laquelle bâtir leur vie. Les Nations Unies sont prêtes à vous aider à accélérer la transformation de votre industrie.»

Cao Jianglin, PDG de China National Building Material Company Ltd (CNBM), a déclaré: «Cette initiative représente une étape historique de la coopération industrielle en matière de décarbonation. En tant qu’élément d’une industrie mondiale, notre secteur aura besoin de la collaboration de tous ses membres pour atteindre son objectif. Nous sommes l’un des principaux producteurs de ciment et de béton de Chine et à ce titre nous sommes fermement décidés à participer à la décarbonation de ce secteur industriel.»

Albert Manifold, président de la GCCA et directeur du groupe CRH plc, a déclaré: «Cette feuille de route représente un engagement clair à apporter des changements positifs dans notre secteur; elle va nous permettre de passer durablement à une production zéro carbone tout en continuant de fournir à la société le béton dont elle a besoin pour croître et prospérer.»

Pour prendre connaissance de la feuille de route «Global Net Zero» de la GCCA, cliquer ici. Son lancement mondial coïncide avec la publication d’une feuille de route établie pour les États-Unis par la Portland Cement Association (PCA) afin d’atteindre la neutralité carbone6.

(FIN)

1 La feuille de route proposée par la GCCA permettra de prévenir l’émission de 4,9 milliards de tonnes de carbone d’ici 2030 (selon le calcul de la feuille de route de la GCCA).

2 Selon l’OACI, l’empreinte carbone d’un vol de CDG à JFK est de 333,6 kg [Lien], soit une économie de 5 milliards de tonnes de carbone, ce qui correspond à 14,9 milliards de vols passagers.

3 Ce qui équivaut à 32 milliards de tonnes de béton.

4 Le marché mondial du ciment et du béton a atteint une valeur de près de 439,2 milliards USD en 2018 [Lien]

5 McKinsey Global Institute, «Reinventing Construction» [Lien]

6 La GCCA est partenaire de plusieurs associations nationales et régionales du ciment et du béton, dont beaucoup – notamment au Royaume-Uni, en Europe, en Amérique latine et aux États-Unis – ont déjà annoncé l’établissement d’une feuille de route nationale zéro carbone ou régionale, ou travaillent à son élaboration.

La feuille de route zéro carbone de la GCCA définit un plan en sept points visant à réduire les émissions de 25% supplémentaires au cours de la prochaine décennie. Ces sept points sont les suivants:

  1. Accroissement du remplacement du clinker: Le secteur continuera à remplacer le clinker, principal constituant du ciment Portland, par d’autres matériaux tels que les cendres volantes (un sous-produit du secteur de l’électricité), le laitier granulé broyé des hauts fourneaux (un sous-produit du processus de fabrication de l’acier), des argiles calcinées, du calcaire imbrûlé et broyé ou des fines de béton recyclé. Utilisés dans le secteur depuis longtemps, la plupart de ces matériaux ont déjà contribué à réduire l’empreinte CO2 du ciment et du béton. Par exemple, sur le marché britannique, le clinker est remplacé à hauteur de 26% [Lien]. La feuille de route énonce un engagement à accroître davantage le remplacement du clinker et la GCCA partagera des modèles de meilleures pratiques venant du monde entier pour accélérer son utilisation.

  2. Réduction de l’utilisation de combustibles fossiles et utilisation accrue de combustibles alternatif: le secteur s’appuiera sur ses antécédents en matière de quasi décuplement de l’utilisation de combustibles alternatifs depuis 1990 (GNR) [Lien], pour réduire l’utilisation de combustibles fossiles à chaque point d’approvisionnement et dans chaque chaîne de production, et pour réutiliser les déchets de la société comme une alternative intelligente et plus verte aux combustibles fossiles. En termes de réduction de la dépendance à l’égard des combustibles conventionnels, la GCCA prévoit que les combustibles alternatifs couvriront 22% de la consommation mondiale d’énergie des fours de cimenterie d'ici 2030.

  3. Investissements dans les technologies et l’innovation: au travers de son réseau de recherche mondial phare, Innovandi, la GCCA sera le fer de lance de l’innovation. Les sujets de recherche incluent la chimie du béton et les technologies de four. Ce troisième point implique 75 partenaires d’Innovandi et un défi mondial d’innovation associant les start-ups et les entreprises membres de la GCCA afin d’accélérer le déploiement de technologies prometteuses.

  4. Nouvelles chimies (alternatives au clinker du ciment Portland) et nouveaux composants pour la fabrication du ciment et du béton: des ciments innovants – grâce à de nouveaux substituts de clinker, de nouveaux types de clinker et de nouvelles conceptions de mélanges de béton – ainsi que de nombreuses approches prometteuses déjà en cours de recherche ou en phase de développement jouent un rôle important dans la feuille de route.

  5. Développement d’infrastructures de captage, d’utilisation et de stockage du carbone (CCUS): les membres de la GCCA s’appuieront sur les résultats de leurs projets pilotes CCUS déployés en Amérique du Nord, en Inde, en Chine et en Europe. Le secteur s’engage à construire 10 usines de captage de carbone à l’échelle industrielle d’ici 2030.

  6. Amélioration de l’efficacité de la conception et de l’utilisation du béton pendant la construction: la GCCA intensifiera sa collaboration avec le secteur de la construction, les professionnels de la conception et les décideurs pour développer un cadre de conception et d’approvisionnement favorisant l’utilisation efficace des ressources et des produits, l’utilisation de matériaux retraités et recyclés, la réutilisation d’éléments, et pour prolonger la durée de vie de projets entiers.

  7. Établissement d’un cadre politique pour obtenir un béton net zéro: pour fournir du béton net zéro d’ici 2050, l’industrie mondiale du béton et du ciment demande le soutien des décideurs politiques pour:

  • Créer un système mondial cohérent et approprié de tarification du carbone pour fixer des règles du jeu équitables en matière de coût du carbone, éviter les fuites de carbone et assurer une transition bien gérée vers une économie décarbonée

  • Soutenir les technologies de production à faibles émissions de carbone, telles que le captage et le stockage du carbone, en les intégrant aux mécanismes de financement public et en assurant une juste reconnaissance de toutes les technologies de captage du carbone

  • Créer sur le marché une demande pour les produits à faible émission de carbone au travers de la réglementation de la construction et des marchés publics

  • Développer les infrastructures et les politiques nécessaires au développement de directives sur l’énergie verte et les déchets favorisant une économie circulaire

À propos du béton et du ciment:

  • Le secteur du béton et du ciment, l’un premiers à déclarer ses émissions de carbone, est déjà parvenu à les réduire d’un cinquième depuis 1990.

  • Différence entre ciment et béton: le béton est le produit fini qui compose les bâtiments, les ponts et autres infrastructures. Le ciment est la «colle» qui agrège ensemble les matériaux composant le béton.

  • Certains pays, notamment l’Inde, la Turquie, ainsi que plusieurs États des États-Unis, limitent actuellement l’utilisation de béton fabriqué avec du contenu recyclé au lieu de «clinker».

À propos de la GCCA

Fondée en janvier 2018, la Global Cement and Concrete Association (GCCA) se consacre au développement et au renforcement de la contribution du secteur à la construction durable. La GCCA a pour but de favoriser l’innovation tout au long de la chaîne de valeur de la construction, en collaborant avec les associations du secteur, ainsi qu’avec les architectes, les ingénieurs et les innovateurs. En œuvrant ainsi, l’association démontre comment des solutions pratiques peuvent relever les défis mondiaux de la construction et contribuer aux objectifs de développement durable tout en faisant preuve d’un leadership industriel responsable en termes de fabrication et d’utilisation du ciment et du béton. La GCCA a son siège à Londres (Angleterre). Elle complète et soutient le travail réalisé par les associations aux niveaux national et régional.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20211012005989/fr/

Contacts

Paul Adeleke
Directeur de la communication et des politiques, GCCA
Paul.adeleke@gccassociation.org

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles