La bourse ferme dans 5 h 19 min

L’impact inattendu des noms des analystes financiers sur les cours de Bourse

Les analystes financiers ayant un nom étranger suscitent la méfiance des investisseurs, selon une étude de l’école de commerce londonienne Cass Business School (City University of London).

Les investisseurs le savent bien, les changements de recommandation et d’objectif de cours des analystes financiers sur les actions peuvent provoquer des envolées spectaculaires des prix des actions… ou inversement, des chutes vertigineuses. Ce qu’ils savent peut-être moins, c’est que le nom de famille de ces experts peut avoir un impact non négligeable sur l’ampleur de ces variations de cours... C’est du moins la conclusion d’une étude de l’école de commerce londonienne Cass Business School (City University of London), qui montre que les investisseurs tendent à écarter les analyses financières menées par ceux dont les noms de famille ont une sonorité étrangère…

Les chercheurs - Jay Jung (Cass Business School), Alok Kumar (University of Miami), Sonya S. Lim (DePaul University) et Choong-Yuel Yoo (KAIST College of Business) - ont découvert qu’après les attaques terroristes du 11 septembre 2001, les prévisions formulées par des analystes dont les noms de famille étaient à consonance moyen-orientale engendraient de plus faibles réactions du marché. Ils ont également constaté qu’après l’opposition des gouvernements français et allemand à la guerre en Irak menée par les États-Unis, les prévisions d’analystes aux noms français ou allemands étaient moins bien accueillies par le marché américain. La recherche a été menée auprès de 5.516 analystes et 6.495 sociétés entre 1996 à 2014. Les chercheurs ont mesuré la préférence pour des noms de famille, en se basant sur les registres historiques d'immigration aux États-Unis pour identifier les pays d’origine des noms ainsi que sur des données de l’étude Gallup portant sur la cote de popularité des pays étrangers aux États-Unis.

>> A lire aussi - Analyste financier : dénicheur de pépites

Selon Jay Jung, cette préférence pour un nom de famille n’est pas associée à la qualité des prévisions - comme l’exactitude -, mais cela suggère plutôt que les investisseurs formulent des jugements biaisés fondés sur la perception qu’ils ont des noms

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Wall Street : les actions américaines signent leur meilleur mois depuis 2015
Euro, dollar, livre, yen… Les prévisions des analystes sur les devises pour 2019
La justice américaine accuse Huawei d'avoir offert des primes à ses employés selon la qualité des informations secrètes volées
Immobilier : le record du logement le plus cher des Etats-Unis est pulvérisé
La Bourse de Paris repart de l'avant, optimiste sur les négociations commerciales