La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 769,14
    -63,40 (-0,19 %)
     
  • Nasdaq

    12 481,37
    -163,09 (-1,29 %)
     
  • Nikkei 225

    27 999,96
    -249,28 (-0,88 %)
     
  • EUR/USD

    1,0221
    +0,0026 (+0,26 %)
     
  • HANG SENG

    20 003,44
    -42,33 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    22 580,63
    -992,85 (-4,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    536,03
    -21,33 (-3,83 %)
     
  • S&P 500

    4 119,97
    -20,09 (-0,49 %)
     

L’Impériale annonce ses résultats financiers et d’exploitation du deuxième trimestre 2022

  • Bénéfice net trimestriel de 2 409 millions de dollars et flux de trésorerie générés par les activités d’exploitation de 2 682 millions de dollars

  • Production pour le secteur Amont de 413 000 barils d’équivalent pétrole brut par jour, soit la production la plus élevée pour un deuxième trimestre en plus de 30 ans

  • Rendement d’exploitation solide et soutenu dans le secteur Aval avec un taux d’utilisation de la capacité de raffinage pour le trimestre de 96 %, ce qui représente un quatrième trimestre consécutif affichant un taux supérieur à 90 %

  • Distribution de plus de 2,7 milliards de dollars aux actionnaires sous la forme de dividendes pendant le trimestre et achèvement réussi de l’important programme d’offre publique de rachat de la compagnie totalisant 2,5 milliards de dollars

  • Renouvellement du programme annuel d’offre publique de rachat dans le cours normal des activités visant le rachat supplémentaire d’un maximum de 5 % des actions en circulation, l’intention étant d’accélérer l’exécution du programme pour qu’il se termine d’ici la fin du mois d’octobre 2022

  • Déclaration d’un dividende de 0,34 dollar par action pour le troisième trimestre

  • Annonce de la proposition de vente des intérêts dans XTO Energy Canada pour un total de 1,9 milliard de dollars de contreparties en espèces (la part de l’Impériale se chiffrant à 940 millions de dollars) afin de concentrer davantage le portefeuille du secteur Amont de la compagnie sur les actifs de longue durée à faible déclin que constituent les sables bitumineux

  • Publication du rapport annuel sur l’avancement des solutions climatiques, qui décrit les progrès de la compagnie et son engagement continu à réduire les émissions de gaz à effet de serre

CALGARY, July 29, 2022--(BUSINESS WIRE)--Imperial (TSE: IMO, NYSE American: IMO):

Deuxième trimestre

Six mois

en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire

2022

2021

2022

2021

Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)

2 409

366

+2 043

3 582

758

+2 824

Bénéfice (perte) net par action ordinaire – compte tenu d’une dilution (en dollars)

3,63

0,50

+3,13

5,36

1,04

+4,32

Dépenses en immobilisations et frais d’exploration

314

259

+55

610

422

+188

L’Impériale a déclaré un bénéfice net estimé de 2 409 millions de dollars au deuxième trimestre, une hausse par rapport aux 1 173 millions de dollars au premier trimestre de 2022, en raison des conditions de marché favorables soutenues et d’un meilleur rendement d’exploitation. Les flux de trésorerie générés par les activités d’exploitation se sont élevés à 2 682 millions de dollars, une hausse par rapport aux 1 914 millions de dollars au premier trimestre de 2022.

« Nos résultats du deuxième trimestre témoignent du fait que nous continuons de mettre l’accent sur la sécurité et la fiabilité de nos opérations, ce qui nous permet de tirer une valeur considérable de nos actifs pleinement intégrés même si les cours des matières premières demeurent élevés, en plus d’assurer un approvisionnement stable en produits énergétiques afin de répondre à la demande croissante », déclare Brad Corson, président du conseil d’administration, président et chef de la direction.

La production du secteur Amont au cours du deuxième trimestre s’est élevée en moyenne à 413 000 barils d’équivalent pétrole brut par jour, notre production la plus élevée pour un deuxième trimestre en plus de 30 ans. La production brute trimestrielle totale de Kearl a été en moyenne de 224 000 barils par jour, un résultat qui montre que le rendement d’exploitation s’est complètement rétabli malgré les répercussions des temps froids extrêmes au premier trimestre et l’achèvement de l’entretien annuel planifié. La production trimestrielle à Cold Lake s’est établie en moyenne à 144 000 barils bruts par jour, ce qui témoigne d’un excellent rendement d’exploitation en dépit d’un entretien planifié.

Étant donné les répercussions que les temps froids extrêmes ont eues sur les activités de Kearl au premier trimestre de 2022 et l’achèvement de son entretien annuel au deuxième trimestre, on s’attend à ce que la production à Kearl dépasse un total de 280 000 barils bruts par jour au cours du deuxième semestre de l’année. Cadrant avec cette projection, l’Impériale a mis à jour ses lignes directrices de production au site de Kearl pour l’ensemble de l’année en se donnant comme objectif d’atteindre un total d’environ 245 000 barils bruts par jour.

« Je suis ravi de constater que le rendement de la production à Kearl est revenu à la normale au deuxième trimestre et que les répercussions liées aux temps froids extrêmes sont maintenant officiellement derrière nous, affirme M. Corson. Pour ce qui est de l’avenir, nous sommes en bonne voie d’accélérer la croissance de la production annuelle au site de Kearl afin d’atteindre un total de 280 000 barils bruts par jour, une initiative qui contribuera à créer une valeur importante pour nos actionnaires. »

Dans le secteur Aval, le débit des raffineries pour le trimestre s’est élevé en moyenne à 412 000 barils par jour, avec une utilisation de la capacité de raffinage de 96 %, ce qui représente un quatrième trimestre consécutif affichant un taux supérieur à 90 %, alors que la compagnie s’efforce de maximiser la production pour répondre à l’augmentation de la demande au Canada. Les ventes de produits pétroliers au cours du trimestre se sont élevées à 480 000 barils par jour en moyenne, la demande en carburant au Canada approchant les niveaux prépandémiques.

La compagnie a distribué plus de 2,7 milliards de dollars à ses actionnaires sous la forme de dividendes pendant le trimestre, et l’importante offre publique de rachat de la compagnie s’est terminée avec succès. En juin, l’Impériale a annoncé le renouvellement de son programme annuel d’offre publique de rachat dans le cours normal des activités, qui lui permettra de racheter jusqu’à 5 % de ses actions en circulation au cours d’une période de 12 mois se terminant le 28 juin 2023. L’Impériale a l’intention d’accélérer ses achats d’actions dans le cadre du programme d’offre publique de rachat dans le cours normal des activités et s’attend à racheter toutes les actions admissibles restantes d’ici la fin du mois d’octobre 2022. La compagnie a également déclaré un dividende de 0,34 dollar par action pour le troisième trimestre.

« Au cours du premier semestre de cette année, l’Impériale a généré des flux de trésorerie importants qui lui ont permis d’effectuer un nombre record de distributions à ses actionnaires, en plus d’augmenter le montant des redevances et des impôts versés aux gouvernements fédéral et provinciaux en soutien aux communautés dans lesquelles la compagnie exerce ses activités, explique M. Corson. Grâce aux mesures que nous avons prises pour concentrer davantage notre portefeuille, réduire nos coûts et accroître efficacement notre production, nous serons en mesure de continuer à verser des liquidités substantielles à nos actionnaires à l’avenir. »

En juin, l’Impériale a annoncé conjointement avec ExxonMobil Canada qu’elle avait conclu une entente avec Whitecap Resources Inc. concernant la vente de XTO Energy Canada, une société détenue conjointement par l’Impériale et ExxonMobil Canada, pour un total de 1,9 milliard de dollars de contreparties en espèces (la part de l’impériale se chiffrant à 940 millions de dollars). La vente devrait être conclue avant la fin du troisième trimestre de 2022, sous réserve des approbations réglementaires. La cession de XTO Energy Canada s’inscrit dans la stratégie de l’Impériale visant à maximiser la valeur actionnariale en concentrant les ressources de son secteur Amont sur les actifs de longue durée à faible déclin que constituent les sables bitumineux.

Au cours du trimestre, l’Impériale a publié son rapport annuel sur l’avancement des solutions climatiques, qui décrit les progrès de la compagnie et son engagement continu à réduire les émissions de gaz à effet de serre. L’Impériale s’engage à offrir des solutions énergétiques d’une façon qui contribue à protéger les gens, l’environnement et les communautés où elle exerce ses activités, y compris en atténuant les risques liés aux changements climatiques.

« L’Impériale recherche activement de nouvelles occasions attrayantes pour réduire ses émissions, augmenter sa production et accroître sa rentabilité, souligne M. Corson. Elle continue également à faire des progrès dans le cadre de nombreuses initiatives technologiques. Par exemple, elle soutient l’Alliance nouvelles voies et ses solutions de captage et de stockage du carbone, elle a récemment annoncé son intention de réaliser un projet pilote d’extraction de lithium en Alberta, qui présente un potentiel d’utilisation dans des produits de qualité batterie, et elle a réalisé une étude de faisabilité sur la production d’hydrogène à Nanticoke, qui permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans la région. »

Faits marquants du deuxième trimestre

  • Le bénéfice net a été de 2 409 millions de dollars, ou 3,63 dollars par action sur une base diluée, en hausse par rapport aux 366 millions de dollars, ou 0,50 dollar par action, au deuxième trimestre de 2021.

  • Les flux de trésorerie générés par les activités d’exploitation se sont élevés à 2 682 millions de dollars, en hausse par rapport aux 852 millions de dollars pour la même période en 2021. Les flux de trésorerie générés par les activités d’exploitation, hors le fonds de roulement¹, se sont élevés à 2 783 millions de dollars, en hausse par rapport aux 893 millions de dollars pour la même période en 2021.

  • Les dépenses en immobilisations et frais d’exploration ont totalisé 314 millions de dollars, une hausse comparativement aux 259 millions de dollars au deuxième trimestre de 2021.

  • La compagnie a distribué 2 728 millions de dollars aux actionnaires au deuxième trimestre de 2022, dont 2 500 millions de dollars découlant de l’achèvement de l’important programme d’offre publique de rachat de la compagnie en juin, ainsi que 228 millions de dollars en dividendes.

  • Le programme de rachat d’actions est renouvelé, permettant de racheter jusqu’à 5 % des actions ordinaires en circulation, soit un maximum de 31 833 809 actions, au cours de la période de 12 mois se terminant le 28 juin 2023. Conformément à son engagement de restituer des excédents de trésorerie aux actionnaires, l’Impériale a l’intention d’accélérer ses achats d’actions dans le cadre du programme d’offre publique de rachat dans le cours normal des activités et s’attend à racheter toutes les actions admissibles restantes d’ici la fin du mois d’octobre 2022. Les plans de rachat peuvent être modifiés à tout moment sans préavis.

  • La production s’est établie en moyenne à 413 000 barils d’équivalent pétrole brut par jour, soit la production la plus élevée pour un deuxième trimestre en plus de 30 ans, en hausse par rapport aux 401 000 barils par jour à la même période en 2021.

  • La production brute totale de bitume au site de Kearl s’est établie en moyenne à 224 000 barils par jour (la part de l’Impériale se chiffrant à 159 000 barils) contre 255 000 barils par jour (la part de l’Impériale se chiffrant à 181 000 barils) au cours du deuxième trimestre de 2021, principalement en raison d’un temps d’arrêt supplémentaire. Étant donné les répercussions que les temps froids extrêmes ont eues sur les activités de Kearl au premier trimestre de 2022 et l’achèvement de son entretien annuel au deuxième trimestre, on s’attend à ce que la production à Kearl dépasse un total de 280 000 barils bruts par jour au cours du deuxième semestre de l’année. Cadrant avec cette projection, l’Impériale a mis à jour ses lignes directrices de production au site de Kearl pour l’ensemble de l’année en se donnant comme objectif d’atteindre un total d’environ 245 000 barils bruts par jour.

  • La production brute de bitume à Cold Lake s’est établie en moyenne à 144 000 barils par jour, en hausse par rapport aux 142 000 barils par jour au deuxième trimestre de 2021, et continue de surpasser les lignes directrices de production de la compagnie pour l’année, lesquelles prévoyaient une production allant de 135 000 à 140 000 barils bruts par jour.

  • La quote-part de la compagnie dans la production brute de Syncrude s’est établie en moyenne à 81 000 barils par jour, en hausse par rapport aux 47 000 barils par jour au deuxième trimestre de 2021, principalement en raison du calendrier des activités d’entretien planifiées.

  • Le débit moyen des raffineries était de 412 000 barils par jour, une hausse par rapport à 332 000 barils par jour au deuxième trimestre de 2021. L’utilisation des capacités de production a atteint 96 %, une hausse comparativement à 78 % au deuxième trimestre de 2021, alors que la compagnie continue de maximiser la production pour répondre à l’augmentation de la demande au Canada. L’utilisation au deuxième trimestre représente un quatrième trimestre consécutif affichant une utilisation des capacités de production supérieure à 90 %.

  • Les ventes de produits pétroliers se sont élevées à 480 000 barils par jour, une hausse par rapport à 429 000 barils par jour au deuxième trimestre de 2021. L’augmentation des ventes est attribuable à une hausse de la demande depuis que les restrictions liées à la pandémie se sont assouplies davantage au Canada.

  • Le bénéfice net du secteur Produits chimiques a été de 53 millions de dollars pour le trimestre, comparativement à 109 millions de dollars au deuxième trimestre de 2021. Cette baisse du bénéfice est principalement attribuable aux marges inférieures sur les ventes de polyéthylène.

  • Annoncée conjointement avec ExxonMobil Canada, la proposition de vente de XTO Energy Canada à Whitecap Resources représente un total de 1,9 milliard de dollars de contreparties en espèces (la part de l’impériale se chiffrant à 940 millions de dollars). La vente devrait être conclue avant la fin du troisième trimestre de 2022, sous réserve des approbations réglementaires. La cession de XTO Energy Canada s’inscrit dans la stratégie de l’Impériale visant à maximiser la valeur actionnariale en concentrant les ressources de son secteur Amont sur les actifs de longue durée, à faible déclin que constituent les sables bitumineux.

  • Le rapport annuel sur l’avancement des solutions climatiques, qui décrit les progrès de la compagnie et son engagement continu à réduire les émissions de gaz à effet de serre, a été publié. L’Impériale s’engage à offrir des solutions énergétiques d’une façon qui contribue à protéger les gens, l’environnement et les communautés où elle exerce ses activités, y compris en atténuant les risques liés aux changements climatiques.

  • La compagnie a annoncé une collaboration stratégique avec E3 Lithium en vue de faire avancer un projet pilote d’extraction de lithium en Alberta. Ce projet, qui vise à extraire du lithium provenant du champ pétrolifère historique Leduc de l’Impériale en utilisant la technologie exclusive de E3 Lithium, présente un potentiel de développement commercial de produits de qualité batterie. En vertu de cet accord, l’Impériale pourrait offrir du soutien technique et de développement dans des domaines tels que la gestion de l’eau et des réservoirs.

  • L’Impériale a conclu une entente avec Atura Power afin d’évaluer le potentiel de production d’hydrogène à Nanticoke, en Ontario. L’étude portera sur les aspects commerciaux et techniques liés au développement d’une installation régionale d’hydrogène, qui pourrait contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre générées par le secteur industriel de la région et ainsi aider le Canada dans son ambition d’atteindre la carboneutralité.

Contexte commercial actuel

Pendant la pandémie de COVID-19, les investissements de l’industrie visant à maintenir et à augmenter la capacité de production ont diminué afin de préserver le capital, ce qui a entraîné un sous-investissement et une réduction de l’offre alors que la demande en produits pétroliers et pétrochimiques se rétablissait. À la fin de 2021 et au cours du premier semestre de 2022, cette dynamique, combinée aux contraintes liées aux chaînes d’approvisionnement et à une reprise soutenue de la demande, s’est traduite par une augmentation constante des prix du pétrole et du gaz naturel ainsi que des marges de raffinage. Au premier semestre de 2022, le resserrement des marchés du pétrole et du gaz naturel a été exacerbé par l’invasion de l’Ukraine par la Russie et par les sanctions subséquentes qui ont frappé les affaires et autres activités menées en Russie. Le prix du brut ainsi que certains indicateurs régionaux pour le gaz naturel ont atteint des niveaux qui n’avaient pas été observés depuis plusieurs années. À la fin du deuxième trimestre, la hausse des prix a entraîné une réduction de la demande pour certains produits. Les prix des produits de base et des produits devraient demeurer volatils compte tenu de l’incertitude économique et géopolitique mondiale actuelle qui affecte l’offre et la demande.

Résultats d’exploitation

Comparaison des deuxièmes trimestres de 2022 et de 2021

Deuxième trimestre

en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire

2022

2021

Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)

2 409

366

Bénéfice (perte) net par action ordinaire – compte tenu d’une dilution (en dollars)

3,63

0,50

Secteur Amont

Analyse du facteur bénéfice (perte) net

en millions de dollars canadiens

2021

Prix

Volumes

Redevance

Autres

2022

247

1 470

150

(430

)

(91

)

1 346

Prix : La hausse des prix de vente, qui concordait généralement avec celle des prix indicatifs, était principalement attribuable à une augmentation de la demande et aux contraintes liées aux chaînes d’approvisionnement. Les prix moyens obtenus pour le bitume ont augmenté de 55,01 $ le baril, généralement en raison de l’augmentation du WCS, et les prix touchés sur les ventes de pétrole brut synthétique ont grimpé de 63,87 $ le baril, une hausse coïncidant généralement avec celle du WTI.

Volumes : La hausse des volumes, principalement liée au calendrier des activités d’entretien sur le site de Syncrude, a été partiellement compensée par un temps d’arrêt à Kearl.

Redevances : L’augmentation des redevances est principalement attribuable à la hausse des prix des matières premières.

Autres : Comprend des frais d’exploitation plus élevés d’environ 180 millions de dollars, principalement en raison d’une hausse des prix de l’énergie, lesquels ont été partiellement compensés par des effets de change favorables d’environ 60 millions de dollars.

Prix indicatifs et prix de vente moyens

Deuxième trimestre

en dollars canadiens, sauf indication contraire

2022

2021

West Texas Intermediate (en dollars américains le baril)

108,52

66,17

Western Canada Select (en dollars américains le baril)

95,80

54,64

Différentiel WTI/WCS (en dollars américains le baril)

12,72

11,53

Bitume (le baril)

112,27

57,26

Pétrole brut synthétique (le baril)

144,67

80,80

Taux de change moyen (en dollars américains)

0,78

0,81

Production

Deuxième trimestre

en milliers de barils par jour

2022

2021

Kearl (part de l’Impériale)

159

181

Cold Lake

144

142

Syncrude (a)

81

47

Production brute totale de Kearl (en milliers de barils par jour)

224

255

(a) Au deuxième trimestre de 2022, la production brute de Syncrude comprenait environ 2 milliers de barils de bitume par jour (2021 –
arrondi à 0 millier de barils par jour) qui étaient exportés vers les installations de l’opérateur à l’aide d’un pipeline d’interconnexion
existant.

La baisse de production à Kearl découle principalement d’un temps d’arrêt.

L’augmentation de la production à Syncrude découle principalement du calendrier des activités d’entretien.

Secteur Aval

Analyse du facteur bénéfice (perte) net

en millions de dollars canadiens

2021

Marges

Autres

2022

60

910

63

1 033

COMPAGNIE PÉTROLIÈRE IMPÉRIALE LTÉE

Marges : L’augmentation des marges reflète principalement une amélioration des conditions de marché.

Autres : Comprend une diminution des coûts d’entretien d’environ 130 millions de dollars, découlant de l’absence d’activités d’entretien à la raffinerie de Strathcona, lesquels ont été partiellement compensés par des frais d’exploitation plus élevés d’environ 70 millions de dollars, principalement en raison d’une hausse des prix de l’énergie.

Taux d’utilisation de la capacité de raffinage et ventes de produits pétroliers

Deuxième trimestre

en milliers de barils par jour, sauf indication contraire

2022

2021

Débit des raffineries

412

332

Utilisation de la capacité de raffinage (en pourcentage)

96

78

Ventes de produits pétroliers

480

429

Le débit accru des raffineries au deuxième trimestre de 2022 est principalement attribuable à la réduction des activités d’entretien et à l’augmentation de la demande.

La hausse des ventes de produits pétroliers au deuxième trimestre de 2022 est principalement attribuable à une demande plus élevée.

Produits chimiques

Analyse du facteur bénéfice (perte) net

en millions de dollars canadiens

2021

Marges

Autres

2022

109

(30

)

(26

)

53

Comptes non sectoriels et autres

Deuxième trimestre

en millions de dollars canadiens

2022

2021

Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)

(23

)

(50

)

Situation de trésorerie et sources de financement

Deuxième trimestre

en millions de dollars canadiens

2022

2021

Flux de trésorerie liés aux :

Activités d’exploitation

2 682

852

Activités d’investissement

(230

)

(207

)

Activités de financement

(2 734

)

(1 336

)

Augmentation (diminution) de trésorerie et des équivalents de trésorerie

(282

)

(691

)

Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de la période

2 867

776

Les flux de trésorerie générés par les activités d’exploitation reflètent principalement la hausse des prix obtenus dans le secteur Amont et l’augmentation des marges dans le secteur Aval.

Les flux de trésorerie liés aux activités d’investissement reflètent principalement une hausse des ajouts aux immobilisations corporelles.

Les flux de trésorerie liés aux activités de financement reflètent principalement :

Deuxième trimestre

en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire

2022

2021

Dividendes versés

228

161

Dividende par action versé (en dollars)

0,34

0,22

Rachats d’actions (a)

2 500

1 171

Nombre d’actions achetées (en millions) (a)

32,5

29,5

(a) Les rachats d’actions sont effectués dans le cadre de l’importante offre publique de rachat de la compagnie en vigueur du
6 mai 2022 au 10 juin 2022 et couvrent les actions rachetées à Exxon Mobil Corporation par dépôt proportionnel afin qu’elle puisse
maintenir son pourcentage de participation à environ 69,6 %.

Le 6 mai 2022, la compagnie a lancé une importante offre publique de rachat dans le cadre de laquelle elle a offert de racheter, à des fins d’annulation, jusqu’à 2,5 milliards de dollars de ses actions ordinaires par adjudication à la hollandaise modifiée et dépôt proportionnel. Lorsque cette importante offre publique de rachat est venue à échéance, le 15 juin 2022, la compagnie a souscrit et acheté 32 467 532 actions ordinaires à un prix de 77,00 $ par action, ce qui représente un achat global de 2,5 milliards de dollars et 4,9 % des actions émises et en circulation de l’Impériale à la clôture des activités le 2 mai 2022. Cela comprend les 22 597 379 actions rachetées à Exxon Mobil Corporation par dépôt proportionnel afin qu’elle puisse maintenir son pourcentage de participation à environ 69,6 %.

Le 27 juin 2022, la compagnie a annoncé dans un communiqué de presse qu’elle avait reçu de la Bourse de Toronto l’autorisation de lancer une offre publique de rachat dans le cours normal des activités et qu’elle poursuivait son programme existant de rachat d’actions. Le programme permet à la compagnie de racheter un maximum de 31 833 809 actions ordinaires entre le 29 juin 2022 et le 28 juin 2023. Ce maximum comprend les actions rachetées dans le cadre de l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités et à la société Exxon Mobil Corporation, une opération réalisée concurremment, mais hors de l’offre publique de rachat dans le cours normal des activités. Dans le passé, la société Exxon Mobil Corporation a informé la compagnie qu’elle avait l’intention de conserver la propriété d’environ 69,6 % du capital. Le programme prendra fin le 28 juin 2023 ou lorsque la compagnie aura racheté le maximum autorisé d’actions. L’Impériale a l’intention d’accélérer ses achats d’actions dans le cadre du programme d’offre publique de rachat dans le cours normal des activités et s’attend à racheter toutes les actions admissibles restantes d’ici la fin du mois d’octobre 2022. Les plans de rachat peuvent être modifiés à tout moment sans préavis.

Comparaison du premier semestre de 2022 et de 2021

Six mois

en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire

2022

2021

Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)

3 582

758

Bénéfice (perte) net par action ordinaire – compte tenu d’une dilution (en dollars)

5,36

1,04

Secteur Amont

Analyse du facteur bénéfice (perte) net

en millions de dollars canadiens

2021

Prix

Volumes

Redevance

Autres

2022

326

2 690

(100

)

(710

)

(78

)

2 128

Prix : La hausse des prix de vente, qui concordait généralement avec celle des prix indicatifs, était principalement attribuable à une augmentation de la demande et aux contraintes liées aux chaînes d’approvisionnement. Les prix moyens obtenus pour le bitume ont augmenté de 49,08 $ le baril, généralement en raison de l’augmentation du WCS, et les prix touchés sur les ventes de pétrole brut synthétique ont grimpé de 58,99 $ le baril, une hausse coïncidant généralement avec celle du WTI.

Volumes : La baisse des volumes, principalement attribuable à un temps d’arrêt à Kearl, a été partiellement compensée par le calendrier des activités d’entretien sur le site de Syncrude.

Redevances : L’augmentation des redevances est principalement attribuable à la hausse des prix des matières premières.

Autres : Comprend des frais d’exploitation plus élevés d’environ 220 millions de dollars, principalement en raison d’une hausse des prix de l’énergie, lesquels ont été partiellement compensés par des effets de change favorables d’environ 60 millions de dollars.

Prix de vente moyens et prix indicatifs

Six mois

en dollars canadiens, sauf indication contraire

2022

2021

West Texas Intermediate (en dollars américains le baril)

101,77

62,22

Western Canada Select (en dollars américains le baril)

88,13

50,14

Différentiel WTI/WCS (en dollars américains le baril)

13,64

12,08

Bitume (le baril)

101,53

52,45

Pétrole brut synthétique (le baril)

131,41

72,42

Taux de change moyen (en dollars américains)

0,79

0,80

Production

Six mois

en milliers de barils par jour

2022

2021

Kearl (part de l’Impériale)

146

180

Cold Lake

142

141

Syncrude (a)

79

63

Production brute totale de Kearl (en milliers de barils par jour)

205

253

(a) En 2022, la production brute de Syncrude comprenait environ 2 milliers de barils de bitume par jour (2021 – arrondi à 0 millier de
barils par jour) qui étaient exportés vers les installations de l’opérateur à l’aide d’un pipeline d’interconnexion existant.

La baisse de production à Kearl découle principalement d’un temps d’arrêt

L’augmentation de la production à Syncrude découle principalement du calendrier des activités d’entretien.

Secteur Aval

Analyse du facteur bénéfice (perte) net

en millions de dollars canadiens

2021

Marges

Autres

2022

352

960

110

1 422

Marges : L’augmentation des marges reflète principalement une amélioration des conditions de marché.

Autres : Comprend une diminution des coûts d’entretien d’environ 130 millions de dollars, découlant de l’absence d’activités d’entretien à la raffinerie de Strathcona, lesquels ont été partiellement compensés par des frais d’exploitation plus élevés d’environ 90 millions de dollars, principalement en raison d’une hausse des prix de l’énergie.

Taux d’utilisation de la capacité de raffinage et ventes de produits pétroliers

Six mois

en milliers de barils par jour, sauf indication contraire

2022

2021

Débit des raffineries

406

348

Utilisation de la capacité de raffinage (en pourcentage)

95

81

Ventes de produits pétroliers

464

421

Le débit accru des raffineries en 2022 est principalement attribuable à la réduction des activités d’entretien et à l’augmentation de la demande.

L’augmentation des ventes de produits pétroliers en 2022 reflète principalement une demande plus forte.

Produits chimiques

Analyse du facteur bénéfice (perte) net

en millions de dollars canadiens

2021

Marges

Autres

2022

176

(40

)

(27

)

109

Comptes non sectoriels et autres

Six mois

en millions de dollars canadiens

2022

2021

Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)

(77)

(96)

Situation de trésorerie et sources de financement

Six mois

en millions de dollars canadiens

2022

2021

Flux de trésorerie liés aux :

Activités d’exploitation

4 596

1 897

Activités d’investissement

(509

)

(354

)

Activités de financement

(3 373

)

(1 538

)

Augmentation (diminution) de trésorerie et des équivalents de trésorerie

714

5

Les flux de trésorerie générés par les activités d’exploitation reflètent principalement la hausse des prix obtenus dans le secteur Amont, l’augmentation des marges du secteur Aval et les effets favorables du fonds de roulement.

Les flux de trésorerie liés aux activités d’investissement reflètent principalement une hausse des ajouts aux immobilisations corporelles.

Les flux de trésorerie liés aux activités de financement reflètent principalement :

Six mois

en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire

2022

2021

Dividendes versés

413

323

Dividende par action versé (en dollars)

0,61

0,44

Rachats d’actions (a)

2 949

1 171

Nombre d’actions achetées (en millions) (a)

41,4

29,5

(a) Les rachats d’actions sont effectués dans le cadre du programme d’offre publique de rachat dans le cours normal des activités et
de l’importante offre publique de rachat de la compagnie en vigueur du 6 mai 2022 au 10 juin 2022. Cela comprend le rachat d’actions
à Exxon Mobil Corporation, une opération réalisée concurremment, mais hors de l’offre publique de rachat dans le cours normal des
activités, et par dépôt proportionnel dans le cadre de l’importante offre publique de rachat de la compagnie.

Des données financières et d’exploitation clés suivent.

Énoncés prospectifs

Les énoncés contenus dans le présent rapport qui sont liés à des situations ou des événements futurs, y compris les prévisions, les objectifs, les attentes, les estimations et les plans d’affaires, sont des énoncés prévisionnels. Les énoncés prospectifs peuvent être caractérisés par des termes comme croire, anticiper, avoir l’intention de, proposer, planifier, objectif, viser, projeter, prévoir, cibler, estimer, s’attendre à, stratégie, perspectives, calendrier, futur, continuer, probable, pouvoir, devoir, sera et d’autres termes semblables faisant référence à des périodes futures. Les énoncés prospectifs contenus dans le présent rapport comprennent notamment des références aux achats d’actions dans le cadre du programme d’offre publique de rachat dans le cours normal des activités, y compris l’intention d’accélérer l’exécution du programme afin qu’il se termine d’ici la fin du mois d’octobre 2022; la vente de XTO Energy Canada et la date de clôture prévue; la stratégie visant à maximiser la valeur actionnariale en se concentrant sur les actifs de longue durée à faible déclin que constituent les sables bitumineux; les prévisions de production à Kearl pour le deuxième semestre de 2022, la mise à jour des lignes directrices de production pour l’ensemble de l’année 2022 et le fait que la compagnie demeure en bonne voie d’atteindre son objectif d’un total de 280 000 barils bruts par jour; la capacité de continuer à verser des liquidités substantielles aux actionnaires; le fait que la compagnie continue de maximiser sa production pour répondre à l’augmentation de la demande en carburant au Canada; l’engagement continu à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à atténuer les risques liés aux changements climatiques, y compris l’incidence des diverses occasions permettant de réduire les émissions, d’augmenter la production et d’accroître la rentabilité; le projet pilote d’extraction de lithium et le soutien qui sera fourni par l’Impériale; l’étude portant sur le potentiel de production d’hydrogène à Nanticoke; et la volatilité attendue des cours des matières premières et des produits.

Les énoncés prospectifs sont fondés sur les attentes, estimations, projections et hypothèses actuelles de la compagnie au moment où les énoncés sont faits. Les résultats financiers et d’exploitation futurs réels, y compris les attentes et les hypothèses concernant la croissance de la demande et la source, l’offre et le bouquet énergétiques; les taux, la croissance et la composition de la production de divers actifs; les plans de projet, l’échéancier, les coûts, les évaluations techniques et les capacités et l’aptitude de la compagnie à exécuter efficacement ces plans et à exploiter ses actifs; en ce qui concerne les rendements pour les actionnaires, les hypothèses comme les prévisions de flux de trésorerie, les sources de financement et la structure du capital, les approbations réglementaires, la participation des actionnaires majoritaires de la compagnie et les résultats de l’évaluation périodique et continue des autres utilisations des capitaux; l’adoption de nouvelles installations ou technologies et leur incidence sur la réduction de l’intensité des émissions de GES, y compris notamment le soutien et la promotion de solutions de captage et de stockage du carbone et les résultats du projet pilote d’extraction de lithium, et tout changement dans la portée, les modalités et les coûts de ces projets; la réception, dans les délais prévus, des approbations réglementaires liées à la vente de XTO Energy Canada, ainsi que la clôture de cette vente comme prévue; le volume et le rythme des réductions d’émissions; l’appui des responsables des politiques et d’autres intervenants en ce qui concerne les nouvelles technologies comme le captage et le stockage du carbone; les lois et les politiques gouvernementales applicables, y compris relativement aux changements climatiques et aux réductions des émissions de GES; la réception des approbations réglementaires; les dépenses en capital et liées à l’environnement; l’évolution de la pandémie de COVID-19 et ses répercussions sur la capacité de l’Impériale à exploiter ses actifs; ainsi que les prix des matières premières, les taux de change et les conditions générales du marché pourraient varier considérablement selon un certain nombre de facteurs.

Ces facteurs comprennent les variations mondiales, régionales ou locales de l’offre et de la demande de pétrole, de gaz naturel, de produits pétroliers et de produits pétrochimiques ainsi que les incidences sur les prix, les écarts et les marges, y compris les mesures prises par les gouvernements étrangers en ce qui concerne les niveaux d’approvisionnement et les prix, l’incidence de la COVID-19 sur la demande et la survenance de guerres; la disponibilité et la répartition du capital; la réception, en temps utile, des approbations réglementaires et tierces; les résultats des programmes de recherche et des nouvelles technologies, ainsi que la capacité de porter les nouvelles technologies à une échelle commerciale à coût concurrentiel et la compétitivité des sources d’énergie de rechange et des autres technologies de réduction des émissions; l’absence de soutien par les gouvernements et les responsables des politiques pour l’adoption de nouvelles technologies de réduction des émissions; les difficultés techniques ou opérationnelles imprévues; la gestion et les calendriers des projets et l’achèvement de ces projets dans les délais prévus; la disponibilité et le rendement des tiers fournisseurs de services, compte tenu notamment des restrictions liées à la COVID-19; les risques environnementaux inhérents aux activités d’exploration et de production pétrolières et gazières; les événements politiques ou réglementaires, y compris les changements législatifs ou les modifications des politiques gouvernementales, la réglementation environnementale, dont la réglementation portant sur les changements climatiques et les émissions de gaz à effet de serre, ainsi que les mesures prises en réponse à la COVID-19; l’efficacité de la gestion et la préparation pour une intervention en cas de sinistre, y compris les plans de continuité des activités en réponse à la COVID-19; les risques et dangers opérationnels; les incidents liés à la cybersécurité, y compris la hausse du télétravail; les taux de change; la conjoncture économique générale; ainsi que d’autres facteurs abordés dans les facteurs de risque à la rubrique 1A et à la rubrique 7 du rapport de gestion sur la situation financière et les résultats d’exploitation de la Compagnie Pétrolière Impériale Limitée du plus récent rapport annuel sur le formulaire 10-K et des rapports provisoires ultérieurs.

Les énoncés prévisionnels ne garantissent pas le rendement futur et comportent un certain nombre de risques et d’incertitudes, qui sont parfois similaires à ceux d’autres sociétés pétrolières et gazières, parfois exclusifs à la Compagnie Pétrolière Impériale Limitée. Les résultats réels de l’Impériale peuvent être sensiblement différents des résultats implicites ou explicites selon les énoncés prospectifs, et les lecteurs sont priés de ne pas s’y fier aveuglément. L’Impériale ne s’engage aucunement à publier une mise à jour de toute révision des énoncés prospectifs contenus aux présentes, sauf si la loi l’exige.

Dans ce communiqué, tous les montants en dollars sont exprimés en dollars canadiens, sauf indication contraire. Ce communiqué doit être lu en parallèle avec le formulaire 10-K le plus récent de l’Impériale. Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.

Le terme « projet » tel qu’il est utilisé dans ce communiqué peut renvoyer à toute une gamme d’activités différentes et n’a pas nécessairement le même sens que celui qu’on lui donne dans les rapports sur la transparence des paiements au gouvernement.

Annexe I

Deuxième trimestre

Six mois

en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire

2022

2021

2022

2021

Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)

Total des produits et des autres revenus

17 307

8 047

29 993

15 045

Total des dépenses

14 141

7 576

25 293

14 062

Bénéfice (perte) avant impôts

3 166

471

4 700

983

Impôts sur le bénéfice

757

105

1 118

225

Bénéfice (perte) net

2 409

366

3 582

758

Bénéfice (perte) net par action ordinaire (en dollars)

3,63

0,51

5,37

1,04

Bénéfice (perte) net par action ordinaire – compte tenu d’une dilution (en dollars)

3,63

0,50

5,36

1,04

Autres données financières

Gain (perte) à la vente d’actifs, après impôts

3

22

19

24

Total de l’actif au 30 juin

44 892

38 939

Total du passif au 30 juin

5 166

5 262

Capitaux propres au 30 juin

21 979

20 769

Capital utilisé au 30 juin

27 162

26 055

Dividendes déclarés sur les actions ordinaires

Total

227

195

455

356

Par action ordinaire (en dollars)

0,34

0,27

0,68

0,49

Millions d’actions ordinaires en circulation

Au 30 juin

636,7

704,6

Moyenne – compte tenu d’une dilution

664,4

725,8

668,1

730,8

Annexe II

Deuxième trimestre

Six mois

en millions de dollars canadiens

2022

2021

2022

2021

Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de la période

2 867

776

2 867

776

Activités d’exploitation

Bénéfice (perte) net

2 409

366

3 582

758

Ajustements relatifs aux éléments hors trésorerie :

Dépréciation et épuisement

451

450

877

944

(Gain) perte à la vente d’actifs

(4

)

(24

)

(24

)

(27

)

Impôts sur les bénéfices reportés et autres

(149

)

76

(480

)

136

Variations de l’actif et du passif d’exploitation

(101

)

(41

)

594

(64

)

Autres postes – montant net

76

25

47

150

Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation

2 682

852

4 596

1 897

Activités d’investissement

Ajouts aux immobilisations corporelles

(333

)

(241

)

(637

)

(408

)

Produits de la vente d’actifs

102

35

126

42

Prêt à des sociétés dans lesquelles la compagnie détient une participation en actions – montant net

1

(1

)

2

12

Flux de trésorerie liés aux activités d’investissement

(230

)

(207

)

(509

)

(354

)

Flux de trésorerie liés aux activités de financement

(2 734

)

(1 336

)

(3 373

)

(1 538

)

Annexe III

Deuxième trimestre

Six mois

en millions de dollars canadiens

2022

2021

2022

2021

Bénéfice (perte) net (PCGR des États-Unis)

Secteur Amont

1 346

247

2 128

326

Secteur Aval

1 033

60

1 422

352

Produits chimiques

53

109

109

176

Comptes non sectoriels et autres

(23

)

(50

)

(77

)

(96

)

Bénéfice (perte) net

2 409

366

3 582

758

Produits et autres revenus

Secteur Amont

5 949

3 934

10 483

7 427

Secteur Aval

18 785

5 831

32 830

11 136

Produits chimiques

563

456

1 034

832

Éliminations/Comptes non sectoriels et autres

(7 990

)

(2 174

)

(14 354

)

(4 350

)

Produits et autres revenus

17 307

8 047

29 993

15 045

Achats de pétrole brut et de produits

Secteur Amont

2 357

2 044

4 247

3 878

Secteur Aval

16 261

4 760

28 773

8 780

Produits chimiques

401

240

716

449

Éliminations

(7 998

)

(2 177

)

(14 365

)

(4 353

)

Achats de pétrole brut et de produits

11 021

4 867

19 371

8 754

Production et fabrication

Secteur Amont

1 423

1 166

2 672

2 275

Secteur Aval

418

357

774

683

Produits chimiques

67

46

121

96

Éliminations

-

-

-

-

Production et fabrication

1 908

1 569

3 567

3 054

...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles