La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 733,69
    +47,52 (+0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 188,81
    +33,08 (+0,80 %)
     
  • Dow Jones

    35 677,02
    +73,94 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1648
    +0,0018 (+0,15 %)
     
  • Gold future

    1 793,10
    +11,20 (+0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    51 820,20
    -2 222,40 (-4,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,34
    -49,69 (-3,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,98
    +1,48 (+1,79 %)
     
  • DAX

    15 542,98
    +70,42 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 204,55
    +14,25 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    15 090,20
    -125,50 (-0,82 %)
     
  • S&P 500

    4 544,90
    -4,88 (-0,11 %)
     
  • Nikkei 225

    28 804,85
    +96,27 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 126,93
    +109,40 (+0,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3759
    -0,0036 (-0,26 %)
     

L’image du jour. Au Texas, la police des frontières chasse les migrants à cheval : une scène qui en dit long

·1 min de lecture

Lors d’une opération d’expulsion de migrants haïtiens au Texas, des agents de la police des frontières américaine, juchés sur leurs chevaux, ont été photographiés et filmés alors qu’ils semblaient menacer des exilés. La scène est révélatrice de la situation migratoire tendue du pays, analyse la presse américaine.

“Au cours du week-end [des 18 et 19 septembre], les médias ont diffusé des photos et vidéos montrant la police des frontières américaine regrouper et pourchasser des migrants qui avaient traversé le Rio Grande près de Del Rio, petite ville frontalière du sud-ouest du Texas”, relate CBS News. Sur certaines d’entre elles, on peut voir “des agents à cheval agiter des longes, cordes utilisées par les cavaliers, et tenter de bloquer le passage à des Haïtiens qui traversaient la rivière : des gestes qui ont alimenté la crainte que les agents fouettent ou menacent de fouetter des migrants au désespoir”.

À lire aussi: États-Unis. Joe Biden a commencé à expulser les migrants haïtiens du Texas

Depuis le 19 septembre, le gouvernement américain expulse les migrants haïtiens rassemblés dans le camp de fortune de Del Rio après avoir fui une série de crises dans leur pays – parmi lesquels un tremblement de terre mortel au mois d’août, et l’assassinat de leur président, Jovenel Moïse, en juillet. Le photographe américain Paul Ratje est l’auteur de la photo qui illustre notre article, prise pendant cette opération d’expulsion : une image “remarquable”, juge le Washington Post, montrant “un agent de la police des frontières juché sur son cheval, attrapant par la chemise un migrant qui a eu la malchance de se trouver à

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles