Marchés français ouverture 33 min
  • Dow Jones

    34 838,16
    -97,31 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    14 681,07
    +8,39 (+0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    27 641,83
    -139,19 (-0,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,1879
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    26 147,60
    -88,20 (-0,34 %)
     
  • BTC-EUR

    32 344,71
    -1 387,13 (-4,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    933,11
    -27,79 (-2,89 %)
     
  • S&P 500

    4 387,16
    -8,10 (-0,18 %)
     

L’IA de DeepMind veut s’attaquer aux maladies négligées

·1 min de lecture

En novembre 2020, une intelligence artificielle a remporté le CASP (Critical Assessment of Structure Prediction), un concours annuel pour prédire la structure des protéines. Ce processus long et complexe est fondamental pour créer de nouveaux traitements médicaux. Cette IA, c’est AlphaFold. Elle est développée par DeepMind, une filiale britannique d’Alphabet, la maison mère de Google.

La firme vient d’annoncer un partenariat avec la DNDi (Drugs for Neglected Diseases initiative), une organisation de recherche qui tente de trouver des traitements pour les maladies tropicales négligées. L’objectif est d’utiliser AlphaFold pour accélérer le développement de nouveaux médicaments pour la maladie de Chagas et la leishmaniose.

AlphaFold pourrait démocratiser la recherche

Des chercheurs du DNDi ont récemment découvert une molécule capable de se lier à une protéine de Trypanosoma cruzi, le parasite responsable de la maladie de Chagas, et de le tuer. AlphaFold a pu prédire la structure de cette protéine, ce qui permettra aux chercheurs de concevoir plusieurs médicaments qui s’y lient de différentes manières. Confier cette étape, particulièrement longue et coûteuse, de la recherche à une IA pourrait la rendre beaucoup plus accessible aux pays où la recherche ne dispose pas des moyens nécessaires pour s’attaquer à certaines maladies.

DeepMind souhaite développer d’autres partenariats, notamment pour des maladies chroniques comme le cancer. Certains spécialistes appellent à la prudence, puisque les structures des protéines du corps humain sont beaucoup moins prévisibles que celles des virus et parasites. Toutefois, si AlphaFold parvient à faire ses preuves, la prochaine étape pourrait être d’utiliser l’apprentissage profond pour prédire comment les molécules se lient aux protéines, et ainsi trouver plus rapidement des traitements potentiels.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles