Marchés français ouverture 7 h 49 min
  • Dow Jones

    34 152,01
    +239,61 (+0,71 %)
     
  • Nasdaq

    13 102,55
    -25,55 (-0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 868,91
    -2,89 (-0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0175
    +0,0010 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    19 830,52
    -210,38 (-1,05 %)
     
  • BTC-EUR

    23 473,36
    -171,05 (-0,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    569,15
    -2,76 (-0,48 %)
     
  • S&P 500

    4 305,20
    +8,06 (+0,19 %)
     

De l’huile de friture comme carburant, c’est pour bientôt ?

Remplir le carburant du moteur de sa voiture avec de l'huile de cuisson ? C'est la très sérieuse mesure adoptée en première lecture vendredi 22 juillet dans le cadre du projet de loi sur le pouvoir d'achat, actuellement examiné au Sénat. À l'origine de cette proposition, Julien Bayou, chef du parti Europe Écologie les Verts (EELV). Concrètement, l'amendement propose de donner la possibilité aux Français d'utiliser des huiles usagées comme alternatives au carburant pour certains types de voitures (anciens modèles diesel).

Autrement dit, réutiliser l'huile de tournesol ou de colza usagée, la filtrer puis la décanter, pour enfin pouvoir la transformer en carburant. Mais actuellement, l'utilisation de ces huiles usagées à cet effet restent interdites aux particuliers.

10 litres d’huile pour 8 litres de carburant

C'est précisément dans l'autorisation pour les particuliers d'utiliser cette méthode que réside tout l'enjeu de l'amendement proposé par EELV. « Alors que le diesel dépasse les 2 euros le litre à la pompe, cette solution permet tout à la fois de soulager immédiatement le porte-monnaie des Françaises et des Français, de limiter la pollution issue des moteurs diesel et de réduire la dépendance énergétique du pays », argue Julien Bayou. Selon le texte de l'amendement, 10 litres d'huiles alimentaires usagées pourraient générer 8 litres de carburant.

Et si elle a fait couler beaucoup d'encre ces dernières semaines, la proposition du député EELV n'a pourtant rien de farfelue. Elle fait d'ailleurs l'objet d'initiatives similaires déployées ces dernières années. En mai 2021, la compagnie Air France a vu décoller son premier avion doté de « carburant durable d'aviation », composé à 20% d'huile de cuisson. Depuis le 1er janvier 2022, les compagnies aériennes ont l'obligation d'utiliser au minimum 1 % de ce biocarburant.

Quelques années plus tôt, le groupe français Avril, situé dans l'Aube, annonçait la création d'un carburant 100 % composé d'huile de colza, destiné à faire...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles