Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    40 352,47
    +498,60 (+1,25 %)
     
  • Nasdaq

    17 499,14
    +156,72 (+0,90 %)
     
  • Nikkei 225

    37 869,51
    -1 285,34 (-3,28 %)
     
  • EUR/USD

    1,0862
    +0,0019 (+0,17 %)
     
  • HANG SENG

    17 004,97
    -306,08 (-1,77 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 848,69
    -1 166,41 (-1,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 315,28
    -22,90 (-1,71 %)
     
  • S&P 500

    5 478,26
    +51,13 (+0,94 %)
     

L’euro plonge face au dollar, “est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle ?”

Pixabay

Après avoir culminé à 1,23 dollar en janvier 2021, puis s’être effondré à 0,96 dollar en septembre 2022, l’euro a repris progressivement quelques couleurs au gré des resserrements monétaires de la BCE, remontant à 1,12 dollar en juillet 2023. Mais depuis, la tendance est redevenue logiquement baissière, l’euro repassant même sous 1,07 dollar le 7 septembre. Cette baisse de l’euro sous les 1,10 dollar est amplement justifiée et ne fait que valider la réalité des écarts économiques et financiers entre les Etats-Unis et la Zone Euro.

Avant de détailler les causes conjoncturelles de cette dépréciation, rappelons que le dollar est structurellement plus fort que l’euro, dans la mesure où il représente près de 65% des réserves de changes mondiales, contre environ 20% pour l’euro. De plus, 50% des transactions commerciales dans le monde sont en dollars, alors que les Etats-Unis ne représentent que 11% du commerce mondial. En outre, la part de la Zone Euro dans le PIB planétaire en parités de pouvoir d’achat est passée de 22% en 1980 à désormais 11%. Dans le même temps, celle des Etats-Unis a également reculé, mais de 21% à 16%.

Parallèlement, depuis 1995, la croissance de l’Oncle Sam a été presque constamment supérieure à celle de la Zone Euro. Et ce, y compris pendant la crise du Coronavirus, qui a été économiquement plus dévastatrice dans l’Union Economique et Monétaire (UEM) qu’aux Etats-Unis. Certes, en 2022, la croissance annuelle de la Zone Euro a été supérieure à celle des Etats-Unis. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite