Publicité
La bourse ferme dans 2 h 49 min
  • CAC 40

    7 635,20
    +64,39 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 914,67
    +23,21 (+0,47 %)
     
  • Dow Jones

    41 198,08
    +243,60 (+0,59 %)
     
  • EUR/USD

    1,0937
    -0,0004 (-0,03 %)
     
  • Gold future

    2 471,00
    +11,10 (+0,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 399,48
    +78,72 (+0,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 346,00
    +16,50 (+1,24 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,82
    -0,03 (-0,04 %)
     
  • DAX

    18 495,08
    +57,78 (+0,31 %)
     
  • FTSE 100

    8 248,03
    +60,57 (+0,74 %)
     
  • Nasdaq

    17 996,92
    -512,42 (-2,77 %)
     
  • S&P 500

    5 588,27
    -78,93 (-1,39 %)
     
  • Nikkei 225

    40 126,35
    -971,34 (-2,36 %)
     
  • HANG SENG

    17 778,41
    +39,00 (+0,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,2988
    -0,0021 (-0,16 %)
     

L’euro sur le fil du rasoir face au dollar, la BCE et la Fed vont-elles faire plonger notre devise ?

Pixabay

L’euro va-t-il accentuer ses pertes face au dollar ? La monnaie unique de l’Union économique et monétaire (zone euro) est revenue dernièrement sur son plancher de fin mai face au billet vert, à 1,0634 dollar pour un euro. Christine Lagarde, la présidente de la BCE, a asséné un nouveau coup de massue à l’euro jeudi 14 septembre, en laissant entendre que le cycle de remontée du taux directeur de la banque centrale était probablement arrivé à son terme, en dépit de la remontée de l’inflation constatée cet été.

En effet, l’euro souffre de la perspective d’un creusement de l’écart de rémunération vis-à-vis du dollar, alors que la Fed pourrait de son côté procéder encore à un tour de vis au cours des prochains mois, voire deux relèvements de taux directeurs, selon Marc Touati, président du cabinet ACDEFI et chroniqueur pour Capital. Il faut dire que la croissance économique de la zone euro souffre de la comparaison avec l’économie américaine, jusqu’ici bien plus résiliente (même s’il y a des raisons de penser qu'elle devrait progressivement freiner elle aussi).

Le discours de jeudi dernier de la BCE a de quoi donner “des sueurs froides”, s’inquiète Mondial Change, qui ne “voit pas” ce qui pourrait inverser la tendance de l’euro à se déprécier vis-à-vis du dollar. En effet, les statistiques économiques tombées cet été en zone euro (consommation des ménages déprimée, production industrielle sous pression, commerce extérieur moribond, inflation qui réaccélère…) ont de quoi alimenter des (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite