La bourse ferme dans 2 h 3 min
  • CAC 40

    6 539,90
    +11,58 (+0,18 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 762,34
    +6,28 (+0,17 %)
     
  • Dow Jones

    33 980,32
    -171,69 (-0,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,0157
    -0,0023 (-0,22 %)
     
  • Gold future

    1 777,90
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    23 165,04
    -272,50 (-1,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    560,61
    -12,21 (-2,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,62
    +1,51 (+1,71 %)
     
  • DAX

    13 691,77
    +65,06 (+0,48 %)
     
  • FTSE 100

    7 529,27
    +13,52 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    12 938,12
    -164,43 (-1,25 %)
     
  • S&P 500

    4 274,04
    -31,16 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 942,14
    -280,63 (-0,96 %)
     
  • HANG SENG

    19 763,91
    -158,54 (-0,80 %)
     
  • GBP/USD

    1,2033
    -0,0018 (-0,15 %)
     

L’euro atteint la parité avec le dollar, première depuis 2002

© Kacper Pempel / Reuters

Plombé par le risque d’un risque d'une coupure des approvisionnements russes en gaz pour l’Union européenne, l’euro est arrivé à parité avec le dollar, seuil qu’il n’avait pas atteint depuis sa mise en circulation en 2002. De son côté, le dollar a gagné près 14 % depuis le début de l’année et les investisseurs le privilégient. Le marché s’inquiète d’une crise énergétique majeure en Europe, doutant du rétablissement par la Russie des flux de gaz après une interruption sur le gazoduc Nord Stream 1, qui accentue les craintes de récession sur le Vieux continent.

Lire aussi - L’euro est à son plus bas niveau depuis près de 20 ans

Ce lundi, Gazprom, le géant russe de l’énergie, a entamé dix jours de maintenance sur le gazoduc Nord Stream 1. Selon Jeffrey Halley, analyste chez Oanda, l’énergie en provenance de Russie « est au cœur de la tourmente en Europe », et l’annonce de livraison de turbines destinées au gazoduc russe Nord Stream 1 par le Canada, pour atténuer la crise énergétique est « sans impact positif ». « La question clé est de savoir si le gaz reviendra après le 21 juillet. Les marchés semblent avoir déjà pris leur décision » poursuit-il.

Pour Mark Haefele, analyste chez UBS, un arrêt des livraisons russes de gaz en Europe « causerait une récession dans toute la zone euro avec trois trimestres consécutifs de contraction de l’économie ».

Le dollar privilégié

La dégringolade de l’euro pourrait encore se poursuivre. En effet, la Banque centrale européenne (BCE) devrait avoir...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles