La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 945,12
    -113,40 (-0,32 %)
     
  • Nasdaq

    14 742,17
    +81,59 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    27 581,66
    -388,56 (-1,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,1791
    -0,0035 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    25 473,88
    +387,45 (+1,54 %)
     
  • BTC-EUR

    33 300,10
    +1 195,68 (+3,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    922,11
    -7,81 (-0,84 %)
     
  • S&P 500

    4 399,20
    -2,26 (-0,05 %)
     

L’Etat publie une liste de 13 sites industriels dangereux

·1 min de lecture

C'est une liste de treize sites industriels potentiels dangereux. Ils traitent des eaux usées ou encore produisent du sucre ou des engrais... ces sites ont été placés par l'Etat en "vigilance renforcée" du fait de non-conformités ou incidents récurrents, a annoncé mardi le ministère de la Transition écologique. "La sécurité des sites industriels à risques est globalement satisfaisante sur l’ensemble du territoire, mais plusieurs sites font encore l’objet d’incidents réguliers ou de non-conformités récurrentes", souligne le ministère.

Ce dispositif de "vigilance renforcée", mis en place le 1er juillet sur la base des dernières inspections d'installations classées, vise à ce jour 13 sites relevant de six exploitants: le gestionnaire de déchets Pena, le sucrier Tereos, le SIAAP (Syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne), Esso, Lactalis et le fabricant d'engrais Yara. Ces industriels ont dû présenter ou renforcer un plan de mise en conformité, fait de "mesures concrètes et vérifiables" à mettre en œuvre, avec des échéances, d'ici fin 2022. Ils pourront "aller plus vite", s'ils souhaitent sortir de la liste plus rapidement, explique-t-on.

>> A lire aussi - Lactalis épinglé pour non respect du code de l'environnement

Ces plans sont consultables par le public sur le site du ministère, "gage de transparence pour les riverains" et pression supplémentaire sur les contrevenants. La liste sera révisée une fois par an. Le SIAAP est visé pour sa station (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Droits TV : après l’affaire Mediapro, c’est beIN Sports qui refuserait de payer
Réduire la congestion sans faire exploser les inégalités : "Il faut toujours imaginer une coordination de plusieurs mesures”
La Bourse de Paris en baisse de 0,48 % après l'impasse de l'Opep+
Les jeux de plein air et les cartes Pokemon dominent les ventes de jouets début 2021
Cuivre, argent… La belle découverte d’une société minière au Maroc

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles