La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 046,49
    -46,47 (-0,14 %)
     
  • Nasdaq

    12 180,95
    +364,63 (+3,09 %)
     
  • Nikkei 225

    27 402,05
    +55,17 (+0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0916
    -0,0078 (-0,71 %)
     
  • HANG SENG

    21 958,36
    -113,82 (-0,52 %)
     
  • BTC-EUR

    21 832,72
    +126,18 (+0,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    544,13
    -1,18 (-0,22 %)
     
  • S&P 500

    4 176,84
    +57,63 (+1,40 %)
     

L’emploi reste fort aux Etats-Unis, où va l’euro face au dollar ? Le conseil Bourse

Adobe Stock

L'emploi américain se porte bien. Malgré les fortes pressions sur la croissance économique, le chômage est tombé à 3,5% en décembre (son niveau de février 2019, avant la crise du Covid-19), après 3,6% en novembre et contre 3,6-3,7% attendu par les économistes. Les entreprises et administrations ont créé le mois dernier 223.000 emplois, contre 256.000 postes en novembre et 200.000 à 210.000 créations d’emplois attendues en moyenne par les analystes. Les créations d’emplois ont été importantes “dans les loisirs et l'hôtellerie, les services de santé, la construction, et les services sociaux”, rapporte le Département du Travail.

Cette santé éclatante du marché de l’emploi (qui favorise des tensions sur les salaires, ce qui soutient l’inflation) devrait a priori conforter la Fed dans sa stratégie de durcissement de la politique monétaire, au risque de peser trop fortement sur l’économie. Le président de la Fed Jerome Powell dénonçait en décembre le manque de travailleurs, lié aux nombreux départs en retraite des dernières années, aux nombreux décès du Covid-19, à une immigration insuffisante… Un manque de bras qui contraint les employeurs à lâcher du lest sur les rémunérations, alimentant ainsi les tensions inflationnistes.

La progression du salaire horaire moyen a toutefois un peu ralenti en décembre, à 0,3%, après +0,4% en novembre et +0,4% attendu. Le marché actions semble pour l’heure retenir cette dernière nouvelle, jugée encourageante, car la Fed pourrait ralentir un peu le rythme (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Cet objet incontournable des gares va disparaître
Bruno Le Maire fixe un prix plafond de l'électricité pour les TPE en 2023
CAC 40 : la Bourse de Paris à son plus haut depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine
BNP Paribas : vers des suppressions d'emplois dans le crédit à la consommation
"Oui on discute avec Atos" : Le patron d'Airbus confirme un intérêt pour les activités cyber du groupe informatique