Publicité
Marchés français ouverture 8 h 28 min
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,09 (-1,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0854
    +0,0036 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,76 (-1,38 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 269,99
    -369,79 (-0,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 485,96
    +17,86 (+1,22 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     

L’“avertissement rare” du médecin chef des États-Unis sur les dangers des réseaux sociaux pour les ados

PHOTO ANNIE FLANAGAN/THE NEW YORK TIMES

C’est un “avertissement rare” et particulièrement sévère, souligne The New York Times. Dans un rapport officiel de 19 pages publié le 23 mai, le médecin chef des États-Unis, Vivek Murthy, alerte sur le fait que les réseaux sociaux peuvent avoir “des effets extrêmement nocifs sur la santé mentale des enfants et des adolescents”.

Outre cet avertissement, le rapport contient “des recommandations pratiques à destination des familles”, note le quotidien américain, afin que les parents puissent mieux réguler et guider leurs enfants dans leur usage des réseaux sociaux et des applications comme TikTok, Instagram ou encore YouTube.

Le médecin chef des États-Unis exhorte également les géants de la tech à agir pour que “les limites d’âge pour s’inscrire sur les réseaux sociaux soient enfin respectées et afin que des paramètres soient créés pour mieux protéger la vie privée des plus jeunes”, explique le quotidien.

Ils ne sont pas “de simples petits adultes”

“Les adolescents ne sont pas de simples petits adultes, ils sont dans une phase différente de leur développement et dans une phase critique de leur développement cérébral”, a tenu à souligner le médecin chef dans une interview, ajoutant que les réseaux sociaux les exposent à “des contenus extrêmes, inappropriés et nuisibles”.

PUBLICITÉ

Reprenant les données du Pew Research Center, le quotidien new-yorkais souligne que “jusqu’à 95 % des jeunes Américains de 13 à 17 ans disent utiliser au moins un réseau social, dont un tiers s’en servent quasiment constamment”.

Or des études ont établi un lien entre l’utilisation des réseaux sociaux et l’apparition de symptômes dépressifs et suicidaires chez les plus jeunes, et en particulier les jeunes filles. En poussant les adolescents à se comparer, les réseaux sociaux fragilisent leur estime de soi, ils favorisent en outre le harcèlement en ligne.

Dans la foulée de la publication du rapport, la Maison-Blanche a annoncé la création d’un nouveau groupe de travail consacré aux réseaux sociaux et à la façon dont ils affectent les mineurs, rapporte le site Politico.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :