Marchés français ouverture 7 h 30 min
  • Dow Jones

    30 960,00
    -36,98 (-0,12 %)
     
  • Nasdaq

    13 635,99
    +92,93 (+0,69 %)
     
  • Nikkei 225

    28 719,23
    -103,06 (-0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,2145
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    30 159,01
    +711,16 (+2,41 %)
     
  • BTC-EUR

    26 849,35
    +412,42 (+1,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    658,01
    -18,89 (-2,79 %)
     
  • S&P 500

    3 855,36
    +13,89 (+0,36 %)
     

Comment l’Autriche a relancé les trains de nuit

·2 min de lecture

Depuis cinq ans, la compagnie ÖBB a modernisé ses wagons dédiés aux trajets nocturnes pour desservir plusieurs pays européens. Un modèle pour la France.

Treize heures pour attein­dre Zurich au départ de Vienne ? Pas un problème pour les amateurs du rail de nuit. Soucieux de trouver des solutions plus écologiques pour voyager, les chemins de fer autrichiens ont fait le pari, en 2016, de remettre en activité certaines lignes transeuropéennes au départ de leur capitale. Pour 40 millions d’euros, la compagnie nationale Österrei­chi­sche Bundesbahnen (ÖBB) a racheté une partie de l’activité abandonnée par son homologue allemande Deutsche Bahn. Et aujourd’hui, le pari est gagné. La compagnie commercialise 26 lignes desservant l’Italie, l’Allemagne, la Suisse, la Croatie, la Pologne et envisage d’opérer en France dès cette année.

De rapides bénéfices

Certes, avec 1,4 million de passagers transportés (sur un total de 36 millions) l’an dernier, cela reste encore une activité de niche pour ÖBB. « Mais qui a été bénéficiaire dès la première année d’exploitation, rappelait Leonore Gewessler, ministre autrichienne de la Protection du climat, début décembre lors d’une conférence sur la relance des trains de nuit en Europe. Nous allons investir 500 millions d’euros dans du nouveau matériel roulant », expliquait la ministre, indiquant avoir supprimé les péages, pour alléger les coûts d’exploitation élevés des convois nocturnes. Un des arguments régulièrement avancés par les compagnies pour justifier leur disparition.

Question confort, le service du NightJet d’ÖBB n’a rien à envier aux anciens wagons-lits de la SNCF : compartiments de quatre ou six couchettes ou de luxe (un à deux lits) avec douche et toilettes privatives. Les prix s’échelonnant de 29 euros en place assise à 139 euros en compartiment individuel, petit-déjeuner compris. Treize trains supplémentaires sont prévus pour 2021-2022, avec de nouvelles lignes vers les pays scandinaves.

Lent redémarrage français

En France, le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari avait fait part de l’intention du gouvernement de relancer les trains de nuit. Deux lignes seul[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi