La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 736,31
    -17,66 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 974,89
    -9,61 (-0,24 %)
     
  • Dow Jones

    34 268,00
    -127,01 (-0,37 %)
     
  • EUR/USD

    1,0506
    -0,0022 (-0,21 %)
     
  • Gold future

    1 803,40
    -11,80 (-0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    16 109,51
    -163,99 (-1,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    401,51
    +0,09 (+0,02 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,10
    -0,12 (-0,15 %)
     
  • DAX

    14 520,46
    +30,16 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,51
    -1,98 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 389,47
    -92,98 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    4 052,14
    -24,43 (-0,60 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2267
    +0,0011 (+0,09 %)
     

L’appel du Women’s Forum à la mobilisation contre les violences faites aux femmes

A l’occasion de la Journée internationale de l’élimination de ces violences, le Women’s Forum et la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa ont souhaité rassembler le secteur public et le privé pour endiguer un fléau qui ne ralentit pas.

A la veille de la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes, qui se tient ce 25 novembre, le Women’s Forum et Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Economie sociale et solidaire et de la Vie associative, ont organisé un échange sur les solutions à trouver pour une situation toujours pas satisfaisante, cinq ans après le phénomène #MeToo. Des responsables d’associations, comme la Fnacav (prévention de la récidive) ou Un abri qui sauve des vies (hébergement d’urgence des femmes violentées), participaient à la discussion, ainsi que des responsables de grandes entreprises engagées contre les violences conjugales dont Accor, L’Oréal ou encore Engie et Publicis, maison-mère du Women’s Forum, que préside sa secrétaire générale, Anne-Gabrielle Heilbronner. Pour elle, "les violences ne s’arrêtent pas à la porte des entreprises" et les employeurs aussi sont concernés.

Les intervenants au débat du Womens Forum, le 24 novembre. De gauche à droite: Brune Poison (Accor), Alain Legrand (Fnacav), Marlène Schiappa (Secrétaire d\'Etat), Anne-Maure Thomas (L\'Oréal), Anne-Gabrielle Heilbronner (Publicis/Women\'s Forum), Charlyne Péculier (Un abri qui sauve des vies). Crédit : Anne-Marie Rocco
Les intervenants au débat du Womens Forum, le 24 novembre. De gauche à droite: Brune Poirson (Accor), Alain Legrand (Fnacav), Marlène Schiappa (Secrétaire d'Etat), Anne-Laure Thomas (L'Oréal), Anne-Gabrielle Heilbronner (Publicis/Women's Forum), Charlyne Péculier (Un abri qui sauve des vies). Crédit : Anne-Marie Rocco

Les chiffres publiés le même jour par la Fondation des femmes, avec laquelle travaille le groupe hôtelier Accor, sont sans appel: seules 13% des 95.000 femmes victimes de viols ou de tentatives de viols portent plainte pour les violences subies. Son rapport, réalisé par les expertes Lucile Peytavin et Lucile Quillet, met en évidence les obstacles qui se dressent sur la route des femmes lorsqu’elles sont violentées, parmi lesquels le coût de la justice. Selon les autrices, le coût d’une procédure judiciaire pour viol s’élèverait ainsi à 10.657 euros. Autre frein majeur, les délais d’attente pour ces procédures, entre 5 à 7 ans en moyenne.

Une plateforme de signalement gratuite et anonyme

"La libération de la parole des femmes est une expression que je n’ai[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi