Marchés français ouverture 8 h 28 min

L'incroyable train de vie des al-Thani, les propriétaires du PSG

Entre deux matchs de la formation de Neymar, les richissimes dirigeants qataris se reposent dans d’immenses propriétés. Comme celle de Mouans-Sartoux, sur les hauteurs de Cannes. Visite en images de ce luxueux patrimoine.

Marius et Henriette Chiamosa sont formels. En vingt-cinq ans, ils n’ont jamais pu voir les visages des propriétaires de l’immense terrain qui jouxte leur maisonnette nichée sur les hauteurs de Mouans-Sartoux, dans les Alpes-Maritimes. "Pensez, ils arrivent en hélico ou en berlines à vitres fumées, murmure Nénette. Pour la fête des voisins, on repassera !" De fait, quand l’un des "émissaires des Qataris" est venu toquer à leur porte, ce n’était pas pour boire l’apéritif. "Il a demandé si on voulait vendre", relate la retraitée. Les Chiamosa auraient bien dit oui, mais ils sont locataires. "Et comme le propriétaire est décédé il y a quatre ans, que sa veuve est sous tutelle dans une maison de retraite et qu’ils n’ont pas eu d’enfant, cela ne s’est pas fait", précise-t-elle. Cette fois-ci, les Qataris sont tombés sur un os.

Sur la colline de Mouans-Sartoux, idéalement située à vingt minutes en voiture de Cannes – où le Qatar possède les hôtels Martinez et Carlton –, rares sont ceux qui n’ont pas cédé aux avances des maîtres du PSG. L’ancien émir Hamad ben Khalifa al-Thani, qui a abdiqué en 2013 au profit de son fils Tamim, est le plus grand propriétaire de cette bourgade de 10.000 habitants. En 1989, il a eu le coup de foudre pour sa colline huppée où réside le fondateur d’AccorHotels, Gérard Pélisson, et qui rappelle Beverly Hills. Du coup, il y a acheté 32 hectares (photo ci-dessus) en un peu moins de trente ans. Idéal pour se reposer avec Cheikha Moza, son épouse la plus connue, quand les températures du Golfe deviennent insupportables. Idéal aussi pour accueillir ses 23 enfants et leurs familles.

>> En images - Découvrez les splendides propriétés françaises des al-Thani

Cheikh Hamad(...) Cliquez ici pour voir la suite