La bourse est fermée

L'ardoise vis-à-vis du fisc que Johnny Hallyday laisse à ses héritiers

1 / 2

L'ardoise vis-à-vis du fisc que Johnny Hallyday laisse à ses héritiers

Laeticia Hallyday hérite aussi des dettes de son époux: un redressement fiscal de plusieurs millions d'euros qui n'est toujours pas réglé.

Avant de mourir, Johnny Hallyday a donc décidé de désigner comme seule héritière sa dernière femme Laeticia, a-t-on appris lundi 12 février. Toutefois, cet héritage contient aussi une dette qu'il lui faudra rembourser en plus des droits de succession: un redressement fiscal de plusieurs millions d'euros, toujours en cours d'examen par la justice.

Tout avait commencé en 2007. Johnny devient alors résident fiscal suisse (il deviendra résident américain à partir de 2013). Mais il doit continuer à payer des impôts sur ses revenus générés en France. Il possède notamment en France deux sociétés, Artistes et promotions SAS et Pimiento Music SAS. La première reçoit les revenus de certaines tournées, la seconde détient les droits sur 93 chansons, et toutes deux exploitent aussi son image. Ces deux sociétés rapportent des revenus copieux. La première lui a versé 8 millions d'euros de dividendes entre 2003 et 2008, et la seconde 682.640 euros entre 2006 et 2010. 

Optimisation fiscale exotique

En 2007, Johnny met en place un montage exotique d'optimisation fiscale pour que ces dividendes ne soient plus imposés en France, et très probablement nulle part. La propriété de ces deux sociétés est transférée vers une holding luxembourgeoise, Nerthus Invest SA, détenue elle-même à Gedar SA, une autre holding immatriculée dans un autre paradis fiscal, le Liberia, et contrôlée par...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi