Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 194,16
    +2 349,57 (+3,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 377,31
    +46,42 (+3,49 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2910
    -0,0037 (-0,29 %)
     

L’ANSM alerte sur ce médicament après plusieurs signalements graves

iStock / x-reflexnaja

L’utilisation prolongée de la kétamine, médicament prescrit pour l’anesthésie ou utilisé en cas de douleurs rebelles en soins palliatifs, “entraîne des atteintes graves, hépatiques et uronéphrologiques” alerte l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) dans son actualité du 30 août 2023.

Cette information est publiée alors que les autorités sanitaires notent une augmentation globale du recours à la kétamine ainsi qu’une augmentation du nombre de cas de troubles liés à la prise prolongée de la kétamine. Plus précisément, il s’agit d’une augmentation du nombre :

De même, l’ANSM note une augmentation de l'utilisation de ces traitements en dehors de l’autorisation de mise sur le marché. Selon les autorités de santé, cette utilisation se remarque particulièrement dans le cadre de la prise en charge de douleurs chroniques, dont la fibromyalgie.

Pour rappel, la kétamine “est un stupéfiant dont la prescription est limitée à 28 jours, rédigée en toutes lettres sur ordonnance sécurisée”, dont l’usage doit être hospitalier, comme le rappelle l’ANSM.

PUBLICITÉ

Face à ces données, l’ANSM recommande aux professionnels de santé de respecter les posologies ainsi que de limiter l’exposition dans le temps. De même, pour les patients ayant une prise répétée et prolongée de la kétamine, l’ANSM recommande de “surveiller la fonction hépatique de façon rapprochée”. Les autorités sanitaires appellent à faire différents examens comme un bilan hépatique complet ou encore l’analyse (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite