Marchés français ouverture 7 h 44 min
  • Dow Jones

    34 930,93
    -127,59 (-0,36 %)
     
  • Nasdaq

    14 762,58
    +102,01 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    27 581,66
    -388,56 (-1,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,1848
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    25 473,88
    +387,45 (+1,54 %)
     
  • BTC-EUR

    33 599,30
    +328,59 (+0,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    938,33
    +8,40 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    4 400,64
    -0,82 (-0,02 %)
     

L’ambre révèle une nouvelle espèce de lézard datant de 99 millions d'années

·2 min de lecture

Le deuxième petit crâne d’un Oculudentavis a été découvert dans un morceau d’ambre. Attribué à un oiseau, il s’agirait en fait d’un lézard.

En mars 2020, les scientifiques et nous-même annoncions la découverte d’un des plus petits jamais découvert, dont la taille n’excédait pas cinq centimètres de long. C’est un crâne, conservé dans de l’ambre birman vieux de 99 millions d’années, qui avait permis l’identification de cette nouvelle espèce baptisée Oculudentavis khaungraae. Mais l’histoire n’est finalement pas si simple…

Un nouveau crâne confirme les doutes

Juste après la publication de l’étude concernant cet oiseau, certains spécialistes émettaient des doutes sur cette identification. Si bien que la revue Nature retirait sa publication quelques mois après. Aujourd’hui, une équipe du Musée d’histoire naturelle de Floride annonce la découverte d’un nouveau crâne, encore une fois piégé dans de l’ambre, présentant des caractéristiques proches de l’autre. Son analyse, publiée dans la revue , a permis de déterminer qu’il appartenait au même genre mais qu’il s’agissait d’une nouvelle espèce nommée Oculudentavis naga.

Fossile préservé dans l'ambre d'un Oculudentavis naga. Crédit : Adolf Peretti/Peretti Museum Foundation/Current Biology.

Et surtout les chercheurs confirment qu’il ne s’agit pas d’un oiseau mais d’un lézard doté de particularités très inhabituelles. Pour trancher le débat, ils ont étudié les deux crânes et les petits bouts de colonnes vertébrales qui y sont attachés au scanner et ont reconstruit numériquement chacun de leurs os. Certains détails comme la présence d’écailles et d’un os du crâne en forme de batte de hockey qui est universellement partagé par tous les squamates ont permis de déterminer qu’il s’agissait bien là des restes de deux lézards et non d’oiseaux.

Reconstitution du crâne d'Oculudentavis naga (en haut) et de celui d'Oculudentavis khaungraae (en bas). Crédit : Edward Stanley of the Florida Museum of Natural History/Peretti Museum Foundation/Current Biology.

Faux bec

L’équipe a également déterminé que les crânes des deux espèces s'étaient déformés pendant la conservation. L[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles