La bourse ferme dans 2 min
  • CAC 40

    5 569,81
    -1,48 (-0,03 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 515,36
    +3,46 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    29 872,47
    -173,77 (-0,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1910
    -0,0009 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 813,40
    +2,20 (+0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    14 195,70
    -891,87 (-5,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    329,63
    -40,88 (-11,03 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,04
    -0,67 (-1,47 %)
     
  • DAX

    13 299,78
    +9,98 (+0,08 %)
     
  • FTSE 100

    6 362,96
    -28,13 (-0,44 %)
     
  • Nasdaq

    12 094,40
    +57,62 (+0,48 %)
     
  • S&P 500

    3 629,65
    -5,76 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    26 537,31
    +240,45 (+0,91 %)
     
  • HANG SENG

    26 819,45
    +149,70 (+0,56 %)
     
  • GBP/USD

    1,3332
    -0,0051 (-0,38 %)
     

L’Alaska sous la menace d’un mégatsunami !

Xavier Demeersman, Journaliste
·2 min de lecture

Tout commence en juin 2019 quand Valisa Higman fait du canoë-kayak dans le fjord de Barry Arm, dans le sud de l’Alaska, à une centaine de kilomètres à vol d’oiseau d’Anchorage. Intriguée par des fissures qu’elle remarque sur les flancs de la montagne qui s’élève entre les glaciers de Cascade et Barry, elle envoie des photos à son frère géologue Bretwood Higman, pour avoir son avis. Spécialiste des glissements de terrain et de leurs conséquences, les tsunamis, il se rend sur Google Maps et examine attentivement les images satellites. Il identifie des fractures, mais estime néanmoins que la situation n’est pas préoccupante. Toutefois, prudent, il l’ajoute à la liste de sites potentiels à surveiller. Bretwood Higman dira plus tard à la Nasa qu’il avait fait « une erreur de géologie 101 », qu’il n’avait pas assez dézoomé ; « j’ai raté la vue d’ensemble », a-t-il confié.

Photo de Valisa Higman à Barry Arm, en juin 2019. © Valisa Higman, Nasa
Photo de Valisa Higman à Barry Arm, en juin 2019. © Valisa Higman, Nasa

Quelque temps plus tard, Chunli Dai, chercheuse de l’État de l’Ohio, va rouvrir le dossier. Travaillant « sur un projet financé par la Nasa pour développer de nouvelles façons de détecter automatiquement les glissements de terrain dans l’Arctique », indique la Nasa, la géologue va réaliser que la menace est bien réelle et imminente. Ses premiers résultats, « époustouflants », sont sans appel : la montagne s’avance dans les eaux de Barry Arm, elle a même gagné 120 mètres entre 2010 et 2017. Les données satellitaires corroborent ses mesures, indiquant même que le processus s’est accéléré entre 2009 et 2015, concomitamment au retrait du glacier qui s’étendait autrefois à ses pieds. « Lorsque le réchauffement climatique a fait reculer cette glace, la pente était libre de se déplacer » glisse Bretwood Higman.

Image satellite de la région de Barry Arm et les glaciers qui y descendent, le 13 septembre 2013. © Nasa
Image satellite de la région de Barry Arm et les glaciers qui y descendent, le 13 septembre 2013. © Nasa

« La plus haute vague de l’histoire moderne »

Ce que les scientifiques redoutent plus que tout évidemment est qu’un pan entier de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura