La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 931,06
    +8,20 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 448,31
    -6,55 (-0,19 %)
     
  • Dow Jones

    31 097,26
    +321,83 (+1,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,0426
    -0,0057 (-0,54 %)
     
  • Gold future

    1 812,90
    +5,60 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    18 267,84
    -394,76 (-2,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    420,84
    +0,70 (+0,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,46
    +2,70 (+2,55 %)
     
  • DAX

    12 813,03
    +29,26 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 168,65
    -0,63 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    11 127,84
    +99,11 (+0,90 %)
     
  • S&P 500

    3 825,33
    +39,95 (+1,06 %)
     
  • Nikkei 225

    25 935,62
    -457,42 (-1,73 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2103
    -0,0072 (-0,59 %)
     

L’AHF déclare qu’Africa CDC mérite l’auto-détermination pour les politiques de santé publique

LOS ANGELES, June 21, 2022--(BUSINESS WIRE)--L’AIDS Healthcare Foundation (AHF) s’est opposée aujourd’hui aux efforts de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) de mettre un frein à l’autonomie des Centres africains pour le contrôle et la prévention des maladies (Africa Centers for Disease Control and Prevention, Africa CDC) dans leur capacité de déclarer des urgences de santé régionales et d’exercer d’autres compétences de santé publique d’urgence – une mesure qui est paternaliste et qui va à l’encontre des principes d’auto-détermination inscrits dans le système des Nations Unies.

D’après Devex, les Nations Unies, qui supervisent l’OMS, essaient de faire du lobbying « sur ce qui devrait être un processus d’Union africaine, et en cas de succès, cela bloquerait la réforme de l’Africa CDC et affaiblirait sa capacité à répondre aux crises de santé et à empêcher les pandémies. » Ce développement survient après la réunion de près de 40 ministres africains de la santé la semaine dernière au cours de laquelle ils ont discuté des révisions à apporter aux statuts dans le cadre desquels l’Africa CDC opère.

« Il est déconcertant de voir que l’OMS, qui n’a rien fait dans le cadre de plusieurs urgences de santé internationales, et en premier lieu lors de la pandémie de la COVID-19, essaie désormais de bloquer le droit à l’auto-détermination de l’Africa CDC sur des questions de santé publique », a déclaré le président de l’AHF, Michael Weinstein. « L’Africa CDC a dû prouver sa détermination après que l’OMS a déçu tout le continent avec son traitement bâclé de la COVID-19 en Afrique, notamment avec plusieurs retards de livraison des vaccins et en laissant des ravages économiques considérables balayer la région. Nous soutenons sans réserve le droit de l’Africa CDC à déterminer ses propres mesures en matière de santé publique et d’urgences. À travers sa mauvaise gestion, l’OMS a perdu ses chances d’être l’arbitre des systèmes de santé de l’Afrique. »

Africa CDC et les ministres de la santé doivent avoir la capacité régionale de déclarer les urgences de santé à partir de processus techniques et basés sur des preuves, ce que l’OMS elle-même n’a pas le pouvoir de faire dans le cadre de son Règlement sanitaire international. Les déclarations de santé d’urgence continentales pourraient signifier la différence entre maîtriser rapidement une épidémie ou laisser une maladie se répandre sans contrôle tout en attendant des décisions officielles prises à des milliers de kilomètres à Genève.

« Cette tentative de prise de contrôle est un acte contestable de la part de l’Organisation mondiale de la santé et en contradiction avec leurs condamnations passées de la mentalité impérialiste avec laquelle les vaccins ont été donnés à COVAX. Et pourtant, c’est une mesure similaire qui semble habitée du même état d’esprit », a déclaré le directeur du bureau africain de l’AHF, Dr Penninah Iutung. « Nous soutenons les solutions africaines pour les problèmes locaux et voulons que les gouvernements africains soient plus responsables et assument davantage la santé de leurs populations. Africa CDC peut et doit avoir le pouvoir de les aider en la matière. »

Il est prévu que les ministres de la santé se réunissent à nouveau demain pour faire une recommandation finale sur les modifications, qui devra ensuite être décidée par le Conseil exécutif de l’Union africaine. Si elle est approuvée, Africa CDC pourra se concentrer sur les épidémies endémiques en Afrique - il n’y aura aucun changement au système d’alerte mondiale de l’OMS.

L’AIDS Healthcare Foundation (AHF), est une organisation mondiale à but non lucratif fournissant des médicaments et des services de protection de pointe à plus de 1,6 million de personnes dans 45 pays à travers le monde, notamment aux États-Unis, en Afrique, en Amérique latine, dans les Caraïbes, dans la région Asie-Pacifique et en Europe. Nous sommes actuellement le plus gros fournisseur à but non lucratif de soins médicaux pour le VIH/SIDA au monde. Pour en savoir plus sur l’AHF, consultez notre site Internet : www.aidshealth.org, retrouvez-nous sur Facebook : www.facebook.com/aidshealth, ou suivez-nous sur Twitter : @aidshealthcare et Instagram : @aidshealthcare

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20220620005592/fr/

Contacts

CONTACT MEDIA US :
Ged Kenslea, Directeur principal des communications, AHF
+1.323.308.1833 bureau +1.323.791.5526 mobile
gedk@aidshealth.org

Denys Nazarov, Directeur des Politiques mondiales et des Communications, AHF
+1.323.308.1829
denys.nazarov@ahf.org

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles