La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 894,40
    +632,50 (+2,02 %)
     
  • Nasdaq

    11 457,10
    +102,49 (+0,90 %)
     
  • Nikkei 225

    27 001,52
    +262,49 (+0,98 %)
     
  • EUR/USD

    1,0684
    +0,0122 (+1,15 %)
     
  • HANG SENG

    20 470,06
    -247,18 (-1,19 %)
     
  • BTC-EUR

    28 466,97
    +434,39 (+1,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    681,99
    +7,11 (+1,05 %)
     
  • S&P 500

    3 963,55
    +62,19 (+1,59 %)
     

L’acrobatique conversion de Marine Le Pen à l’euro

·2 min de lecture

La candidate du Rassemblement national, qui rencontre des chefs d’entreprise le 27 janvier, peine à justifier son virage à 180 degrés sur la monnaie unique européenne. Dernier revirement en date: elle salue désormais la politique monétaire expansionniste de la BCE, qu’elle dénonçait sévèrement en 2015.

Une fois n’est pas coutume, Marine Le Pen marche sur les traces d’Eric Zemmour. Ce 27 janvier, deux mois après le polémiste, c’est au tour de la candidate du Rassemblement national de participer à un déjeuner-débat avec une centaine de chefs d’entreprise du mouvement patronal Ethic, dirigé par l’entrepreneuse Sophie de Menthon. Baisse des impôts de production, subventions à l’activité dans certaines régions, fonds souverain, allègement de la bureaucratie, etc. La candidate d’extrême-droite devrait multiplier les promesses pour séduire les patrons dans le très chic Cercle Interallié à Paris.

Mais sur la monnaie unique européenne, Marine Le Pen devrait rester discrète. Cinq ans après s’être lors du débat télévisé face à Emmanuel Macron, elle paraît en effet toujours mal à l’aise sur le sujet. Si elle n’évoque plus le retour au franc ou à l’ECU, elle ne tresse pas pour autant de lauriers à l’euro. "Tactiquement, elle a intérêt à ménager son électorat eurosceptique, relève Gilles Ivaldi, politologue au CNRS, et à ne pas s’appesantir sur un thème où sa ligne apparaît très fluctuante." Difficile en effet d’assumer haut et fort un virage programmatique à 180 degrés en moins de cinq ans sur une question aussi cruciale que la monnaie du pays.

"L'euro est un boulet"

Petit rappel des faits. En 2012 et 2017, la déjà candidate du Front national à la présidentielle défendait la sortie de l’euro. "Depuis dix ans, l’euro, monnaie unique, n’a tenu aucune de ses promesses, . Son bilan est sans appel: explosion des prix, chômage, délocalisations, dette." Cinq ans plus tard, son opinion n’avait pas varié d’un iota. "L’euro a été un boulet total pour notre économie, déclarait-elle le 18 avril 2017 sur TF1, il est en partie responsable du taux de chômage spectaculaire dans notre pays." Avant d’ajouter: "Les bénéfices du retour à une monnaie nationale sont infiniment supérieurs aux inconvénients."

Mais, à l’été 2017, après la double défaite à la présidentielle et aux législatives, la pat[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles