Publicité
La bourse ferme dans 4 h 52 min
  • CAC 40

    7 951,25
    +39,65 (+0,50 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 867,39
    +12,03 (+0,25 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,11
    +456,87 (+1,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0830
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 033,10
    +2,40 (+0,12 %)
     
  • Bitcoin EUR

    47 294,01
    -403,33 (-0,85 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,70
    -0,91 (-1,16 %)
     
  • DAX

    17 376,12
    +5,67 (+0,03 %)
     
  • FTSE 100

    7 685,76
    +1,27 (+0,02 %)
     
  • Nasdaq

    16 041,62
    +460,72 (+2,96 %)
     
  • S&P 500

    5 087,03
    +105,23 (+2,11 %)
     
  • Nikkei 225

    39 098,68
    +836,48 (+2,19 %)
     
  • HANG SENG

    16 725,86
    -17,09 (-0,10 %)
     
  • GBP/USD

    1,2679
    +0,0021 (+0,17 %)
     

L’Île-de-France a perdu plus de 350 médecins en un an

StockPhotoPro

Les déserts médicaux ne concernent pas que les petites villes de campagne. La capitale fait aussi les frais du vieillissement des médecins et de leur remplacement partiel par une relève déjà épuisée par la quantité de travail à charge. En signe de protestation contre la loi Valletoux, en ce moment débattue à l’Assemblée nationale, certains médecins libéraux franciliens ont décidé de faire grève vendredi 9 juin. Le texte décrié prévoit l’intégration systématique des médecins au sein des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) et l’obligation de participer à la permanence des soins, rappellent nos confrères du Parisien. Il vise aussi une future régulation des installations, indépendamment de l’âge ou de la situation personnelle des praticiens.

Une prise de position qui entraîne de plus en plus de crispations dans la communauté médicale, et particulièrement des généralistes conventionnés de secteur 1. Certains envisagent même de se déconventionner… ce qui induit la fin des prises en charge par l’Assurance maladie. De quoi renforcer davantage le phénomène d'une “médecine à deux vitesses”, constate Natacha Regensberg de Andreis, généraliste conventionnée de type 1 à Paris. “Nous voulons nous battre contre la dégradation des soins. On n’a pas fait médecine pour être notables”, s’insurge-t-elle, fatiguée de voir les praticiens taxés de profiteurs.

Le modèle actuel, et son devenir, “fait penser au modèle de la Grande-Bretagne, où la dégradation des soins s’est accentuée, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Qualité des eaux de baignade en Bretagne : les résultats de l'ARS ont-ils été manipulés ?
Les scientifiques découvrent de mystérieux filaments cosmiques au cœur de notre galaxie
"Ni transparent ni équitable" : un rapport accable la gestion du Fonds Marianne
Déserts médicaux : “La France prend le chemin d’une médecine low-cost”
Le trimaran de Florence Arthaud en vente sur Leboncoin