Marchés français ouverture 5 h 52 min

L’énorme somme que réclame Patrick Sébastien à France Télévisions

L’éviction de Patrick Sébastien de France Télévisions pourrait coûter très cher au groupe public. L’animateur, débarqué de l’antenne l’année dernière, a décidé d’attaquer la direction devant le tribunal de commerce. Selon des informations du Parisien, celui qui a fait tourner les serviettes sur le service public durant 23 ans réclame environ cinq millions d’euros via sa société de production Magic TV. Selon lui, elle se trouvait dans "une situation de dépendance économique" vis-à-vis de France Télévisions depuis 1996.

Pour pallier ce préjudice, l’animateur demande donc une indemnisation qui correspond au chiffre d’affaires de Magic TV sur la saison 2018/2019, sa dernière sur France 2. Une procédure judiciaire que la chaîne comptait bien éviter en annonçant la non-reconduction du contrat de Patrick Sébastien huit mois avant sa fin effective. En octobre 2018, le groupe avait en effet annoncé que l’animateur de 66 ans ne reviendrait pas à la rentrée de septembre 2019. Contactée par nos confrères, France 2 n’a pas souhaité faire de commentaire.

Divorces difficiles

La fin du contrat de Patrick Sébastien avec France Télévisions avait mis fin aux programmes qu’il produisait, comme le Plus grand cabaret du monde et les Années Bonheur diffusées depuis 1998 et 2006. L’animateur mène toutefois d’autres projets depuis son départ du groupe audiovisuel. Le mois dernier, il a sorti un livre d’entretien "Sans chaînes" et un album de chansons à texte intitulé "Entre nous" alors qu’il parcourt toujours la France avec son spectacle "Avant que j’oublie".

>> A lire aussi - Le Zapping : France Télévisions gagne son procès à 44 millions d'euros contre Canal+

Les divorces difficiles entre les chaînes de télévision et leurs anciens animateurs vedettes ont largement secoué le monde médiatique ces derniers mois. Cet été, c’est Thierry Ardisson qui a attaqué la chaîne C8 du groupe Canal+ pour "rupture brutale" de son contrat et "parasitisme", estimant avoir été dans une situation de "dépendance économique"

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'infarctus d'un salarié au bureau doit-il toujours être considéré comme ayant une origine professionnelle ?
Face aux mauvais résultats, le TFC propose de rembourser ses abonnés
La séance de Bourse : tout ce qu’il faut savoir aujourd’hui
Lagardère vend Lagardère Sports et poursuit son recentrage
Une action collective en justice contre Amazon