La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 752,37
    -25,39 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 412,46
    -339,78 (-2,47 %)
     
  • Nikkei 225

    29 518,34
    +160,52 (+0,55 %)
     
  • EUR/USD

    1,2145
    -0,0024 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    28 595,66
    -14,99 (-0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    45 809,44
    -1 757,46 (-3,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 469,86
    -91,43 (-5,86 %)
     
  • S&P 500

    4 190,65
    -41,95 (-0,99 %)
     

L’électronique peut être responsable

la rédaction de Futura
·2 min de lecture

Et si nous passions à l’économie de la fonctionnalité ? C’est le pari que s’est lancé depuis 2018 la coopérative Commown en faveur de l'électronique durable et éthique. L’idée est de proposer du matériel électronique à la location pour le faire durer, que ce soit des smartphones, des ordinateurs, des tablettes ou encore des composants audio. À la différence de nombreuses autres offres, Commown a opté pour la location longue durée avec service et sans option d’achat, ou Hardware as a service (HaaS), car c’est la seule à avoir du sens du point de vue écologique.

Les entreprises comme les particuliers ont alors le choix des services associés comme l’aide au paramétrage, l’assistance à l’usage au quotidien, le dépannage, la réparation et/ou remplacement du matériel pendant toute la durée de location en cas de panne, de casse ou de vol… Le projet associe les rares producteurs engagés vers une électronique plus responsable comme Fairphone ou why! pour les soutenir dans leur démarche plus vertueuse et à long terme les accompagner vers ce modèle HaaS.

La coopérative Commown engagée pour une électronique plus responsable. © Commown
La coopérative Commown engagée pour une électronique plus responsable. © Commown

Contrer l’obsolescence par des biens durables

« Tout est parti du constat que les fabricants de matériel électronique avaient intérêt à ce que les consommateurs achètent régulièrement de nouveaux objets. La seule façon de vendre dans un marché saturé, c’est de pousser au renouvellement, ce qui peut être à l’origine des différents mécanismes d‘obsolescence », explique Adrien Montagut, l’un des cofondateurs de Commown. « Inversement, avec l’économie de la fonctionnalité, les pannes et casses sont à la charge du fournisseur, donc qui a intérêt à proposer des biens durables ».

Le mécanisme est vertueux puisque avec la réparation du matériel, Commown se constitue un arsenal de pièces détachées encore en état de fonctionnement pour éviter de devoir en commander d’autres. C’est dans la logique du reconditionnement sur lequel la coopérative ne s’est pas...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura