La bourse ferme dans 1 h 38 min
  • CAC 40

    6 684,97
    +19,77 (+0,30 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 943,13
    +7,62 (+0,19 %)
     
  • Dow Jones

    33 788,75
    -60,71 (-0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0346
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • Gold future

    1 765,30
    +10,00 (+0,57 %)
     
  • BTC-EUR

    15 900,20
    +69,62 (+0,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    388,55
    -0,17 (-0,04 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,01
    +1,77 (+2,29 %)
     
  • DAX

    14 381,61
    -1,75 (-0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 526,66
    +52,64 (+0,70 %)
     
  • Nasdaq

    11 042,50
    -6,99 (-0,06 %)
     
  • S&P 500

    3 959,99
    -3,95 (-0,10 %)
     
  • Nikkei 225

    28 027,84
    -134,99 (-0,48 %)
     
  • HANG SENG

    18 204,68
    +906,74 (+5,24 %)
     
  • GBP/USD

    1,1962
    -0,0003 (-0,03 %)
     

L’Éducation nationale confirme qu’il faut se passer d’Office 365 et de Google Éducation

Le ministère de l’Éducation nationale rappelle qu’en matière de suites collaboratives, les offres d’Office 365 et de Google Éducation ne sont pas adéquates. Leur mise en œuvre n’offre pas toutes les garanties au regard de la législation, de la doctrine de l’État dans le cloud et de la jurisprudence.

C’est une victoire pour les tenants du logiciel libre et pour celles et ceux qui se soucient du Règlement général sur la protection des données (RGPD). Dans une réponse adressée au député Philippe Latombe, le ministère de l’Éducation nationale fait savoir le 15 novembre 2022 que l’enseignement doit se détourner de certains outils et services de Google et Microsoft.

Office 365 et Google Éducation considérés comme contraires au RGPD

C’est en l’espèce la suite bureautique Microsoft Office 365 ainsi que la solution de Google pour l’éducation qui sont mises de côté, parce que l’une et l’autre « seraient contraires au RGPD ». En outre, ajoutent les services de Pap Ndiaye, l’offre de Microsoft n’est pas non plus compatible avec la doctrine « cloud au centre » de l’État, qui concerne les administrations.

Dans ce cadre de cette politique, qui cible les offres de cloud commercial adressées aux services publics, les fournisseurs privés doivent impérativement obtenir une qualification de sécurité. De plus, ils doivent être à l’abri des lois extra-européennes qui ne collent pas au droit européen ou français,

[Lire la suite]