La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 065,88
    +95,41 (+0,28 %)
     
  • Nasdaq

    14 804,18
    +90,27 (+0,61 %)
     
  • Nikkei 225

    29 839,71
    -660,34 (-2,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1733
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    36 008,54
    -1 343,34 (-3,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 049,58
    -14,26 (-1,34 %)
     
  • S&P 500

    4 372,57
    +14,84 (+0,34 %)
     

L'étiquetage de l'origine des viandes servies en restauration sera obligatoire en 2022

·1 min de lecture

Cette obligation s'applique actuellement à la seule viande bovine, mais le gouvernement souhaite "faire bouger les comportements" en l'étendant à toutes les viandes.

Certains restaurants le font déjà spontanément, mais l'étiquetage de l'origine des viandes servies dans la restauration va être rendu obligatoire. Le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, a annoncé mercredi 8 septembre que cette nouvelle obligation sera mise en place "le plus rapidement possible en 2022", lors du salon Restau Co à Paris.

Un décret à ce sujet va pouvoir être pris "d'ici la fin de cette année", a déclaré le ministre, affirmant avoir réussi à obtenir "le feu vert" de la Commission européenne.

"Il nous fallait nous accorder avec le niveau européen car la question de l'étiquetage des origines est une compétence européenne", a-t-il dit à l'AFP. "C'est ce qu'on a réussi à obtenir", a-t-il assuré.

Actuellement, seule l'origine de la viande bovine doit être mentionnée dans la restauration, héritage de la crise de la vache folle notamment.

L'an prochain, l'origine devra également être mentionnée pour la viande de volaille, d'ovin, de porc et de caprin, que ce soit dans la restauration collective (écoles, hôpitaux, restaurants administratifs) ou la restauration commerciale.

>> A lire aussi - Emmanuel Macron appelle à "défendre la viande française"

Le ministre entend laisser "quelques semaines ou quelques mois" aux professionnels pour s'adapter à cette nouvelle réglementation. Mais il souhaite que la mesure entre en vigueur "le plus tôt possible en 2022".

"Aujourd'hui, il y a une prise de conscience un peu partout que la nutrition a un impact très fort sur la santé, (...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Val-de-Marne : les impôts lui réclament la dette d'un homonyme des Yvelines
Il s'appelle pendant 55 heures pour éviter de travailler
Covid-19 : le pass sanitaire ne sera finalement requis qu’à partir de 12 ans et deux mois
Covid-19 : l’OMS continue de s’opposer à la 3e dose de vaccin
Isolation, chauffage : un délai supplémentaire pour bénéficier des primes "coup de pouce CEE"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles