La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 143,00
    -58,14 (-0,81 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 272,19
    -43,71 (-1,01 %)
     
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,1416
    -0,0044 (-0,39 %)
     
  • Gold future

    1 817,30
    -4,10 (-0,23 %)
     
  • BTC-EUR

    37 714,56
    -543,22 (-1,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 037,76
    +12,03 (+1,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,82
    +1,70 (+2,07 %)
     
  • DAX

    15 883,24
    -148,36 (-0,93 %)
     
  • FTSE 100

    7 542,95
    -20,90 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    28 124,28
    -364,82 (-1,28 %)
     
  • HANG SENG

    24 383,32
    -46,48 (-0,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,3680
    -0,0030 (-0,22 %)
     

L'État ukrainien, victime d'une cyberattaque massive

·2 min de lecture

Alors que les pourparlers viennent de se terminer entre les États-Unis, ses alliés et la Russie au sujet d’une potentielle offensive militaire en Ukraine, la situation reste très préoccupante. En marge des bruits de bottes à la frontière est de l’Ukraine, c’est encore une fois l’arme cyber qui vient tonner. Il y a quelques semaines, Futura expliquait que des cybercombattants américains et britanniques avaient été déployés en Ukraine pour aider les autorités à augmenter la cyberdéfense du pays. Les experts s’inquiétaient alors d’une offensive qui débuterait par une cyberattaque massive provenant de Russie.

Et justement, cette nuit, une quinzaine de sites Web d’organismes gouvernementaux ont effectivement subi une cyberattaque. Futura a pu, par exemple, constater que le site du ministère des Affaires étrangères ne répondait plus. Avant qu’il ne disparaisse, sur ce site, un message menaçant rédigé en russe, en ukrainien et, étrangement, en polonais était affiché.

Il était surplombé par un drapeau ukrainien barré, la carte du pays et d’autres symboles patriotiques également barrés. Le message indiquait que toutes les données personnelles des Ukrainiens avaient été téléchargées sur le Web. Il mentionnait également l'armée insurrectionnelle ukrainienne et d’autres organisations nationalistes, qui avaient combattu auprès des nazis, l’URSS pendant la Seconde Guerre mondiale, et qui ont commis plusieurs massacres dans certaines régions polonaises contestées à l’époque.

Une intention étrange qui pourrait faire croire que les auteurs de l’attaque pourraient être polonais et non pas russes, comme tout le monde pourrait l’imaginer. Pour le moment, les équipes de cybersécurité du gouvernement ukrainien travaillent à la restauration des systèmes et les cyber-enquêteurs planchent sur le sujet. Pour réaliser leur attaque, il semble que les hackers aient profité d’une faille dans un système de gestion de sites Internet appelé October.

« Ukrainiens !… Toutes les informations vous...
« Ukrainiens !… Toutes les informations vous...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles