Marchés français ouverture 3 h 24 min
  • Dow Jones

    29 134,99
    -125,82 (-0,43 %)
     
  • Nasdaq

    10 829,50
    +26,58 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    25 984,51
    -587,36 (-2,21 %)
     
  • EUR/USD

    0,9564
    -0,0034 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 465,79
    -394,52 (-2,21 %)
     
  • BTC-EUR

    19 598,82
    -1 664,60 (-7,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    428,97
    -30,16 (-6,57 %)
     
  • S&P 500

    3 647,29
    -7,75 (-0,21 %)
     

Comment l'État accroît ses défenses face à l'espionnage chinois

Stéphane Lagoutte/M.Y.O.P.

Après un plan d'action et de sensibilisation mis sur pied à l'été 2021 pour affronter un nombre accru d'ingérences étrangères, principalement chinoises, l'exécutif va prendre de nouvelles mesures ces prochaines semaines, notamment afin de sanctionner les universités ou centres de recherche trop laxistes.

La Chine a-t-elle piloté une opération d’espionnage à l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer) ? Après enquête, la police judiciaire (PJ) de Brest a tranché par la négative. Selon nos informations, en mars dernier, victime d’une cyberattaque, ce fleuron de la recherche tricolore a déposé plainte auprès de la PJ, soupçonnant un doctorant chinois préparant une thèse sur la surveillance des milieux marins, en cotutelle avec l’ESCPI (Ecole supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris). Présent sur Twitter où il relaie la propagande chinoise, ce dernier a finalement été blanchi et la PJ de Brest a notifié, le 4 août, à l'Ifremer, qu'elle classait l'affaire. "A la suite de cette intrusion dans notre réseau informatique, qui n'a provoqué aucun dommage, ce doctorant a bien été suspecté sans que sa responsabilité ne soit démontrée" précise un porte-parole de l'Ifremer.

Cet épisode, et la célérité avec laquelle il a été traité par les services de l'État, traduit l'intérêt croissant porté à l'espionnage chinois. Si un important plan consacré à la Chine, piloté par le Quai d'Orsay et le Secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale (SGDSN), a été mis sur pied en 2017, l'été 2021 a été un tournant. , le cabinet de la ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'Innovation, Frédérique Vidal, avait alors demandé à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) de renforcer son dispositif. Le renseignement intérieur avait envoyé plus fréquemment les contre-espions de la sous-direction K, spécialisée dans la contre-ingérence économique, sensibiliser le monde de la recherche (présidents d'Universités et d'établissements de recherche, directeurs d'unités...).

Les "Chinois espionnent à tire-larigot"

Le gouvernement s'apprête aussi à passer à la vitesse supérieure. Dans les semaines qui viennent, il doit en effet prendre un décret afin de sanctionner les établissements ne recourant pas aux[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi