Marchés français ouverture 1 h 36 min
  • Dow Jones

    33 919,84
    -50,63 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    14 746,40
    +32,49 (+0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    29 678,29
    -161,42 (-0,54 %)
     
  • EUR/USD

    1,1730
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    35 846,15
    -450,99 (-1,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 039,49
    -24,36 (-2,29 %)
     
  • S&P 500

    4 354,19
    -3,54 (-0,08 %)
     

L'été en or des banques françaises

·2 min de lecture

Cet été, les quatre grandes banques françaises ont publié des résultats flamboyants, dépassant leurs bénéfices de 2019.

Les résultats semestriels des banques françaises semblent avoir été aussi bons que le climat estival ne s’est avéré morose. Alors que l’Hexagone gromelait sous la pluie, les banques nationales ont affiché des résultats qui ont rendu le sourire aux banquiers. Dernier signe de succès en date, le cours de Bourse de la s’est envolé depuis le début de l’année (+58%). La banque rouge et noire affiche un bénéfice net de 1,4 milliards d’euros, contre 1,2 milliard en 2020.

Lire aussi

Et chaque banque y est allée de son record. a enregistré le meilleur trimestre de son histoire, avec des revenus en hausse de 26,6% pour un bénéfice net de 2,9 milliards d’euros (contre 2,3 milliards en 2020). La Société Générale doit, elle, remonter jusqu’en 2016 pour connaître d’aussi bons résultats que son dernier trimestre. La banque rouge et noire affiche un bénéfice net de 1,4 milliard d’euros, contre 1,2 milliards en 2020.

Et si l’on se penche sur les résultats semestriels, qui se révèlent tout aussi séduisants, le mutualiste a enregistré une progression de 89% par rapport à l’année dernière, avec un résultat net part du groupe de 4,5 milliards d’euros au premier semestre 2021, et son plus haut résultat net part du groupe depuis la cotation du groupe.

Bons bilans des banques européennes

Quant à , l’organisme qui regroupe Banque Populaire et Caisse d’Epargne, son résultat net part du groupe a été multiplié par près de 6, passant de 312 millions d'euros au premier semestre 2020 à 1,8 milliard au premier semestre 2021. Si la banque ne peut pas se targuer d’avoir dépassé ses propres performances, elle a réussi à gérer sans trop de remous l’OPA conduite sur sa filiale à problèmes Natixis, réussissant à racheter plus de 90% de ses actions au début du mois de juillet.

Cette conjoncture radieuse, qui s’oppose à l’annus horribilis de 2020 - où seule BNP Paribas, parmi les banques françaises, avait tiré son épingle du jeu - s’élargit aux horizons des banques européennes. L’allemand Deutsche Ban[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles