Publicité
Marchés français ouverture 1 min
  • Dow Jones

    41 198,08
    +243,60 (+0,59 %)
     
  • Nasdaq

    17 996,92
    -512,42 (-2,77 %)
     
  • Nikkei 225

    40 126,35
    -971,34 (-2,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,0935
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    17 834,42
    +95,01 (+0,54 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 504,11
    -528,27 (-0,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 345,76
    +16,25 (+1,22 %)
     
  • S&P 500

    5 588,27
    -78,93 (-1,39 %)
     

L'équipementier automobile Valeo va sabrer dans l'emploi, 235 postes menacés en France

Chesnot/Getty Images

Mauvaise nouvelle pour les employés de Valeo. L'équipementier automobile français va supprimer 1 150 postes dans le monde, dont 235 en France, principalement dans des fonctions d'encadrement, ont annoncé la direction et deux syndicats du groupe. Ce projet de réorganisation est lié à la fusion de deux pôles («PTS» et «THS») fabriquant des pièces pour les véhicules hybrides et électriques, a précisé la direction à l'AFP. Présenté mercredi aux syndicats, ce «projet vise à regrouper et réorganiser en une seule entité opérationnelle ces deux activités», selon la direction, qui assure que les salariés concernés seront «accompagnés». «On veut renforcer notre compétitivité pour avoir une organisation plus agile, cohérente, complète», a indiqué une porte-parole de l'équipementier.

735 postes sont concernés en Europe, sur un total de 109 900 salariés pour le groupe dans le monde. En France, où le groupe compte 13 000 salariés, ces postes seraient supprimés sur les sites franciliens de Cergy, Créteil et La Verrière, selon les syndicats CGT et FO. Pour FO, «cette accélération laisse envisager un avenir plus qu’incertain pour les sites français». L'équipementier avait déjà annoncé la suppression de 89 postes sur son site d'embrayages à Amiens (Somme) pour tourner davantage le site vers l'électrification, tandis que l'activité d'embrayages pour moteurs thermiques de ce site doit partir pour la Turquie.

«On a peur que l’année 2024 soit une année très noire», prévient Bertrand Bellanger du syndicat (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Birkenstock déçoit lourdement et plonge en Bourse
French Tech : moins d'argent mais toujours numéro deux en Europe
Arabie saoudite, Iran, Chine… Le pétrole va-t-il au-devant d’un choc haussier ou baissier ?
Défaillances d'entreprises : l'immobilier aux avant-postes des faillites
Richemont (Cartier) : des chiffres contrastés, LVMH, Hermès et Kering à surveiller en Bourse