Publicité
Marchés français ouverture 2 h 26 min
  • Dow Jones

    38 712,21
    -35,21 (-0,09 %)
     
  • Nasdaq

    17 608,44
    +264,89 (+1,53 %)
     
  • Nikkei 225

    38 833,49
    -43,22 (-0,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0807
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    18 034,42
    +96,58 (+0,54 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 582,99
    +100,39 (+0,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 435,89
    +40,85 (+2,93 %)
     
  • S&P 500

    5 421,03
    +45,71 (+0,85 %)
     

L'Église catholique ouvre la porte à l'ordination des femmes comme diacres

Valentine CHAPUIS

Une place plus grande pour les femmes dans l'Église? Le Synode, assemblée de l'Église catholique composée d'évêques et de laïcs, a ouvert samedi la porte à une ordination future des femmes comme diacres, en chargé d'assister les prêtres dans leur mission. Un premier pas pour intégrer les femmes dans les processus de décision de l'Église.

"Il est urgent de garantir que les femmes puissent participer aux processus de prise de décision et assumer des rôles de responsabilité dans la pastorale et le ministère", a déclaré le Synode.

Ces propos sont issus d'un document publié samedi soir après avoir été soumis au vote des 365 membres, dont le pape, au terme d'une réunion mondiale à Rome.

Un mois de débats

Fruit de près d'un mois de débats, ce document consultatif dont chaque paragraphe a été adopté à une majorité de deux tiers est présenté comme un "point d'étape" avant une seconde Assemblée générale qui se tiendra en octobre 2024 au Vatican.

PUBLICITÉ

De nombreuses femmes ont évoqué "une Église qui blesse", précise le document, regrettant que "le cléricalisme, le machisme et l'usage inapproprié de l'autorité continuent à marquer le visage de l'Église et à nuire à la communion".

Le texte préconise également "la recherche théologique et pastorale sur l'accès des femmes au diaconat", une option "inacceptable pour certains" qui cristallise les divisions alors que le rôle de diacre reste, comme les prêtres, réservé aux hommes.

"Encore du chemin à parcourir"

Présentée comme prioritaire, la question de la place des femmes a suscité la plus forte résistance, deux propositions ayant recueilli le plus grand nombre de "non", avec environ 20% des votes.

"Cela confirme que ce sont des questions ouvertes: l'étude est en cours. Il y a encore du chemin à parcourir", a commenté lors d'une conférence de presse le cardinal Mario Grech, secrétaire général du Synode, estimant que l'Église "crée des espaces pour tous".

Polygamie, ordination d'hommes mariés, lutte contre les violences: pendant près d'un mois, les membres, issus de tous les continents et assistés par une centaine d'experts, ont débattu par groupes et à huis clos sur l'avenir de l'Église.

Après une vaste consultation des fidèles du monde entier pendant deux ans, ce symposium soumis à une communication très restreinte s'était ouvert le 4 octobre entre fortes attentes d'ouverture et inquiétude de certains conservateurs craignant un dévoiement de la doctrine.

Des femmes ont voté pour la première fois

Pour la première fois, 54 femmes, mais aussi des laïcs ont disposé du droit de vote au même titre que les évêques et cardinaux, un tournant voulu par François.

"C'est la première fois que s'exprime de façon aussi forte et claire la diversité des perspectives selon les cultures et les continents", a confié l'une des participantes sous le couvert de l'anonymat.

Cette première session plénière s'achèvera ce dimanche matin par une messe présidée par le pape argentin à la basilique Saint-Pierre.

Depuis son élection en 2013, l'évêque de Rome s'est attelé à réformer la gouvernance de l'Église, qu'il souhaite moins pyramidale et plus proche des fidèles.

Article original publié sur BFMTV.com