La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 490,07
    -1 164,52 (-3,57 %)
     
  • Nasdaq

    11 418,15
    -566,37 (-4,73 %)
     
  • Nikkei 225

    26 911,20
    +251,45 (+0,94 %)
     
  • EUR/USD

    1,0468
    -0,0087 (-0,83 %)
     
  • HANG SENG

    20 644,28
    +41,76 (+0,20 %)
     
  • BTC-EUR

    27 819,48
    -1 197,66 (-4,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,43
    -20,25 (-3,02 %)
     
  • S&P 500

    3 923,68
    -165,17 (-4,04 %)
     

Législatives: pourquoi les proches d'Edouard Philippe ont eu peur jusqu'au bout

La formation de l'ancien Premier ministre Edouard Philippe obtient 58 candidats pour les législatives de juin prochain, de quoi constituer une solide rampe de lancement en vue de la présidentielle de 2027. Et mettre un terme à plusieurs semaines de tensions.

Un proche d' prévenait en début de semaine dernière: "On entre dans le grand bluff. Vous allez voir se multiplier les petites phrases et les grandes déclarations catastrophiques. En réalité, on négocie..." Quelques jours plus tard, force est de constater qu'il avait raison. Ce jeudi 5 mai, , qui garantira 58 candidats à la formation d'Edouard Philippe et entre 101 et 110 au Modem de François Bayrou. Un arbitrage qui permettra au maire du Havre de disposer de son groupe parlementaire à l'Assemblée nationale (au moins 15 députés) et de se constituer une rampe de lancement en vue de la présidentielle de 2027, objectif non dissimulé de l'ancien locataire de Matignon. Avec cet accord, les troupes philippistes s'ancrent définitivement à la majorité présidentielle, qui prendra la forme d'une confédération de partis, sur la forme de l'ancien UDF, avec trois grands pôles: Horizons, le Modem et LREM – qui change de nom et devient "Renaissance".

Un "off" explosif

L'issue des négociations menées autour de Richard Ferrand, Edouard Philippe et François Bayrou, solde plusieurs semaines de franches tensions entre les écuries macronistes et philippistes. Les soutiens d'Edouard Philippe avaient accumulés les griefs contre l'entourage du chef de l'Etat, s'estimant maltraités par rapport aux éventuels nouveaux transfuges venus de LR. "Les appels des Damien Abad, Christelle Morançais, Jean-François Copé à travailler avec la majorité reprennent mot pour moi ce que nous avions dit en 2017. Aurions-nous eu tort d'avoir eu raison trop tôt?", s'émouvait une élue, en soutien d'Edouard Philippe. Surtout, les proches de l'ancien Premier ministre redoutaient que le chef de l'Etat ne laisse aucun espace à leur nouvelle formation. Une angoisse renforcée par , en début de semaine dernière: "Aucune circonscription pour Horizons, ce sont des cons! Il me doit tout et il pense qu'on est égaux? Il a fumé les vapeurs du port du Havre?"

En l'absence d'accord avec la macronie, les cadres d'Horizons chargés[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles