Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 256,35
    +1 010,86 (+1,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 376,47
    +45,57 (+3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Législatives : est-il judicieux de parler politique au travail ?

Nanci/Adobe Stock

Les élections législatives et la crise politique sont sur toutes les lèvres. Cependant, s’il est naturel de débattre de ses opinions politiques avec ses proches, est-il pertinent d’aborder ce sujet, pour le moins sensible, avec ses collègues de bureau ? «Politique et entreprise ne font pas toujours bon ménage en interne, mais il faut en parler, c’est inévitable», estime Jonathan Gozard, recruteur au Mercato de l’emploi, auprès de BFM Business, ce jeudi 13 juin.

Toutefois, le psychologue Emeric Lebreton conseille : «Si cela a lieu lors d’échanges informels, vous pouvez manifester votre envie de ne pas en parler en disparaissant, je pense qu’on comprendra rapidement que c’est pas un sujet qui vous intéresse.» Macronistes, partisans du RN, abstentionnistes… à l’image de la France, vos collègues peuvent être de tous bords et le sujet peut être matière à de profonds désaccords. Cependant, «l’employeur ne pourra pas brider ce genre de conversation, ce serait interdit», rappelle Olivia Guilhot, avocate associée au cabinet Voltaire.

L’avocate met également en garde contre le «manager qui viendrait sanctionner tel ou tel employé parce qu’il a eu un vote qui lui a déplu». «Chaque salarié a le droit d’exercer sa liberté d’expression dans l’entreprise. C’est un droit fondamental», souligne-t-elle. En cas de conflit ouvert entre un dirigeant et un employé sur ce sujet, un licenciement pour motif politique serait donc injustifié, précise BFM Business. En outre, l’employeur encourrait trois ans (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Couple au travail : suis-je obligé d’en informer mon employeur ?
Découvrez les salaires des jeunes diplômés 2023 d’écoles de commerce et d’ingénieurs, par secteur
Qu’est-ce que le «slashing», la nouvelle tendance en vogue dans le monde du travail ?
Intelligence artificielle : future rivale ou collègue de travail ?
Mon employeur peut-il m'obliger à faire des heures supplémentaires ?