Marchés français ouverture 4 h 20 min
  • Dow Jones

    35 490,69
    -266,19 (-0,74 %)
     
  • Nasdaq

    15 235,84
    +0,12 (+0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 874,67
    -223,57 (-0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,1613
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    25 591,64
    -37,10 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    50 724,59
    -1 786,13 (-3,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 410,51
    -63,82 (-4,33 %)
     
  • S&P 500

    4 551,68
    -23,11 (-0,51 %)
     

Législatives en Irak: forte abstention en vue

·2 min de lecture

L'abstention s'annonce très importante à l'occasion des législatives en Irak.

Participation timide, soucis techniques: les Irakiens ont voté dimanche lors de législatives anticipées qui ont soulevé peu d'enthousiasme parmi les électeurs, dans un pays riche en pétrole mais confronté à une corruption endémique et une pléthore de factions armées.

Le vote électronique s'est accompagné de pannes de machines --rapidement réparées selon les autorités-- tandis que les empreintes digitales de nombreux électeurs n'ont pu être reconnues et les cartes électorales n'ont pas toujours fonctionné, ont constaté des correspondants de l'AFP.

Les bureaux de vote ont fermé à 18H00 (15H00 GMT). Dans la foulée, Jalil Adnane, le chef de la Commission électorale a indiqué que les résultats préliminaires seraient connus "dans les 24 heures", soit avant lundi 18H00 (15H00 GMT), et que le très attendu taux de participation serait publié dans la soirée de dimanche. Dans l'après-midi, ce taux dépassait les 30%, selon lui.

Pour la cheffe de la mission d'observation de l'Union européenne (UE), Viola von Cramon, ce peu d'entrain à aller voter "est un signal politique clair, et nous pouvons seulement espérer qu'il sera entendu par l'élite politique".

L'UE et l'ONU avaient envoyé des dizaines d'observateurs pour superviser le processus.

En 2018, la participation s'était établie à 44,52%, selon des chiffres officiels, gonflés selon les détracteurs.

Initialement prévues en 2022, les élections ont été avancées pour calmer la contestation de fin 2019, expression d'un immense ras-le-bol populaire contre une corruption tentaculaire, des services publics défaillants et une économie en panne dans un pays riche en pétrole.

Réprimé dans le sang --au moins 600 morts et 30.000 blessés--, le mouvement s'est essoufflé après quelques mois. Des dizaines de militants ont été victimes d'enlèvements et d'assassinats, imputés aux factions armées fidèles à l'Iran, au rôle incontournable en Irak.

- "Apathie généralisée"-

Dans les rues désertes de Bagdad, policiers et soldats étaient déployés dimanc[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles