La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 309,29
    -112,93 (-0,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Législatives: Dans le Grand Est marqué par la désindustrialisation, l'atmosphère pesante de la campagne

Capture Twitter/Nl

De Ensemble à la Nupes, les candidats s'efforcent de convaincre qu'un renouveau industriel est possible. Et de conjurer le risque RN.

Dans la commune de Revin, aux confins des Ardennes, . Une brutale bascule pour une petite ville qui avait offert 54% à Emmanuel Macron cinq ans plus tôt et 66% à François Hollande en 2012. La raison de ce retournement: la vive déception des citoyens de cette ex-cité industrielle en friche, enserrée dans les boucles de la Meuse, lorsque l'arrivée trompetée des cycles Mercier a été bloquée, fin 2021, par le gouvernement. Lourde désillusion alors que la ministre de la Cohésion des territoires était venue il y a quelques mois en personne célébrer le retour en France de la marque légendaire, avec 270 emplois dans sa roue. Mais Bercy a brusquement retiré son aide, assurant que "la provenance de l'argent de l'investisseur est douteuse". "Le coup a été très rude, explique Pierre Cordier, député LR sortant qui se représente sur la circonscription. Il n'en fallait pas plus pour amplifier le sentiment d'abandon de nos communes. Tout ça parce qu'ici, on n'a pas de start-uppers." Depuis, l'élu, surnommé sur les bancs de l'Assemblée "le sanglier des Ardennes", sillonne son territoire en fulminant un discours fort peu Macron-compatible.

De l'Aube à la Moselle et des Ardennes aux Vosges, les candidats de la région Grand Est mènent campagne dans une atmosphère pesante, hantée par un tenace sentiment de déclassement après trente ans de désindustrialisation, dont le Rassemblement national se nourrit. "Je n'avais pas prévu de me représenter, mais les risques importants que le RN passe m'ont convaincu", confie ainsi Brahim Hammouche, candidat Modem-Ensemble sur la circonscription lorraine comprenant Florange, et Gandrange - cette vallée lorraine des hauts-fourneaux douloureusement éteints… où Marine Le Pen a dépassé, dans plusieurs communes, les 50% au second tour de la présidentielle. Pour consolider son implantation, elle a investi là sa figure locale, le porte-parole du RN et président du groupe à la région Laurent Jaco-belli, avec comme colistier Fabien Engelmann, maire de Hayange.[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles