La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 223,42
    +26,76 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 662,79
    -142,21 (-1,20 %)
     
  • Nikkei 225

    26 547,05
    +119,40 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0434
    +0,0017 (+0,17 %)
     
  • HANG SENG

    19 950,21
    +51,44 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    28 715,29
    -1 255,49 (-4,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    667,04
    +424,36 (+174,87 %)
     
  • S&P 500

    4 008,01
    -15,88 (-0,39 %)
     

Législatives: Consultations tous azimuts en vue du "troisième tour"

Emmanuel Macron veut surfer sur la nette victoire du président sortant dimanche face à sa Marine Le Pen pour reconduire une large majorité à l'Assemblée nationale.

La présidentielle à peine digérée, les tractations se sont intensifiées en coulisses ce mardi 26 avril, à sept semaines des , sur fond du nouveau rapport de force créé par la réélection d'

Du côté de la majorité, il s'agit de surfer sur la nette victoire du président sortant dimanche face à sa. Traduction: reconduire une large majorité à l'Assemblée nationale et continuer à grignoter aussi bien à droite qu'à gauche de l'échiquier politique.

Le président Macron, qui se cherche aussi un nouveau Premier ministre, consulte, selon son entourage. Resté invisible depuis la soirée électorale, il s'est rendu mardi en début de soirée au siège de campagne pour remercier les équipes.

"Dans les semaines à venir, il va falloir gagner, inspirer, enthousiasmer et continuer à rassembler le pays sur le projet qui est le nôtre", a-t-il plaidé, d'après un participant.

, donné bientôt sur le départ, a passé l'après-midi à l'Elysée, selon une source gouvernementale.

Et les députés LREM se sont réunis comme chaque mardi. Pour les législatives des 12 et 19 juin, "notre volonté est claire: conforter nos forces et l'élargissement politique", a lancé leur patron Christophe Castaner.

Lundi soir au bureau exécutif du parti présidentiel, son numéro un Stanislas Guerini avait souligné l'"urgence" à disposer d'une majorité parlementaire claire pour "agir" sur le pouvoir d'achat "dès cet été", ainsi que sur le climat dans le sillage du virage vert promis par Emmanuel Macron.

Alors que les investitures des candidats doivent être finalisées, Horizons, le mouvement de l'ancien Premier ministre Edouard Philippe (ex-LR), a l'impression d'être mis de côté.

"On a beau tendre la perche, il y a parfois des comportements un peu irrationnels vis-à-vis d'Edouard Philippe", déplore un membre du bureau politique d'Horizons, qui s'est réuni mardi.

Source de crispation, les accords qui se profilent entre la majorité et certains LR: "Je ne suis jamais tenu par un deal que je n'ai pas passé", a prévenu Edouard Phili[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles